AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Lun 4 Jan - 18:45



let it all out
ft. dan & ana


air. libre, sans barrière. cours, vole, petite fille. prend tes jambes à ton cou, et ris. ris à n’en plus pouvoir, redécouvre ce que signifie vivre. admire le ciel, laisse la bête se déchaîner, libérée. regarde le ciel, rebelle. tes pas qui heurtent la terre, qui la font voler autour de tes pieds, sur ton jean, son jean aussi, peut-être. cours, cours, petit ange, petit oiseau sorti de sa cage. cours et ris, car tu ne reverras plus ça avant longtemps. rire maléfique, rire apaisé. tu parais folle, pourtant c'est faux. tu n'es pas folle, tu es juste ivre. ivre de liberté, ivre d'air pur, d’horizons infinis, ivre d'un air sans barrières, d'un futur sans clôture.

et lui, sait-il, comprend-il ? peut-être que oui, peut-être que non. comprend-il la caresse du vent qui frotte ton visage, qui t'emporte, qui t'entraîne, qui te fait danser, valser le cœur, valser le sang, valser le monde. tu n'y crois pas. personne ne peut ressentir ça si stoïquement, sans avoir le cœur qui explose, le corps qui démange. sans avoir les poumons qui débordent d'air glacé, glacial.

ça t'enivre la liberté, même si tu ne l'es pas totalement. ca te rend folle, mais ça panse tes blessures comme rien au monde. ça te rend folle mais ça éteint le feu de ton cœur, le feu de tes sentiments. alors tu ris, sans pouvoir t'en empêcher. tu hurles, tu cours, tu regardes le bleu, le brun, le vert. les feuilles qui bruissent doucement, et tu entends le silence, tu entends les murmures des arbres, du vent, de la délivrance.
tu t’abandonnes, peu à peu, pas à pas. et, sans  même réfléchir, le trop plein d’émotions te fais tomber à genoux, et peu importe si ça le saoule. peu importe ce qu’il voulait voir, vivre. tu veux ressentir la terre, l’air, la nature. ressentir tes ailes, qui bruleront dès que tu rentreras. ressentir tes rêves qui se consument déjà.
est-ce que c’est réel ? ça faisait tellement longtemps. tellement longtemps que tu n’avais pas touché le ciel sans mur de verre, vu l’horizon sans barrage. et la colère, et la rage. elles s’en vont, elles s’enfuient. et l’obscurité des arbres te brule le visage, et le soleil qui tache le chemin t’ouvre les yeux.
est-ce que c’est réel ? dans le blizzard de ton corps, de ton cœur, dans le silence de ton être, le tambour battant de ton cœur qui se déchaîne à t’en défoncer les tympans. l’adrénaline magique de liberté.

il s’est arrêté, te regarde, debout, tu le vois du coin de l’œil. il t’attend, pressé, peut-être. tu savoures, tu te redresses, tu le rejoins. tu ris encore, les joues rouges. enfant qui n’a jamais vu le soleil. yeux paillettes, lèvres coquettes. réflexe, tu lèves la main, effleure son bras.
question en silence, intense. est-ce que c’est réel ? tu ne le connais pas, mais il importe peu. tu ne le connais pas, âme prise au hasard des rangs sages, des rangs calmes. tu ne le connais pas, mais merci, merci pour tout. merci pour la terre, les branches aux feuilles d’or.

est-ce que c'est réel ?
chuchotement, murmure intérieur. il t’entend sans doute. tu le cries, tu le hurles en ton âme, et seul un souffle s’échappe. elle ne le contient plus.

ça faisait 2 ans.

made by lizzou


Dernière édition par Ana Davis le Dim 21 Fév - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Sam 9 Jan - 22:54



i wanna see the dirt under your skin
T'es dehors. Quand t'es dehors tu t'sens plus libre.
Comme affranchi;
Mais pourtant, t'as pas l'impression d'être chez toi.
Parce que t'es avec quelqu'un. Et que quand t'es chez toi, t'y es tout seul. orphelin
Ainsi, t'observes. T'observes une fille dont les motivations t'échappent. Elle est jolie, néanmoins. Alors, ça ne te dérange pas tant que ça de l'observer.
Elle semble en submergée par des émotions qui la dépassent, elle semble égarée. Comme si elle n'était jamais sortie. Comme si elle découvrait tout ceci pour la première fois. Comme si tu l'avais tout juste invitée chez toi et qu'elle en découvrait la décoration. Paradoxal; t'invites personne chez toi.
Tu ne connais même pas son prénom. Juste son nom, qui t'a été dit avant que tu sortes. Davis. Elle le porte bien, tu trouves. Un joli nom, pour un joli visage. Ce dernier n'est d'ailleurs pas la seule chose à ton goût chez elle. Il y a aussi ses longs cheveux bruns tombant désinvoltement sur ses épaules. Ses yeux. Ses yeux mais son regard surtout. Son regard vide et comblé à la fois. Et puis, il y a ses gestes. La manière dont elle se déplace, alliant légèreté et laisser-aller. Elle semble ne plus rien contrôler, et cela a le don de la rendre plus captivante encore. Elle donne l'illusion de ne savoir que faire entre rester abasourdie ou profiter au maximum de cet instant, comme si son être était partagé entre la stupéfaction et le plaisir intense, et que cela avait pour conséquence de la rendre totalement folle. Ensorcelante
Non, elle ne te laisse pas indifférent. du tout.
Elle t'apparaît comme une perle au fond de l'océan, comme un diamant introuvé. Un rareté précieuse, et si difficile à dénicher dans un univers aussi uniforme.
Pourtant, elle semble à peine te remarquer. Elle évolue dans son monde, impénétrable, que, du tien, tu ne peux te permettre que d'observer avec une attention profonde. Parfois, elle effleure ton bras, emportée par l'euphorie qu'elle ressent. Parfois, elle effleure ton âme, et l'emporte alors dans une allégresse similaire à celle de ses gestes.
Tu la fixes. Tu ne peux rien faire d'autre. Oubliées les pensées de liberté qui t'amènent ici. Oubliées les clopes que tu comptais profiter de fumer. Oubliés les arbres, oubliée la forêt. Juste cette fille et son attitude incontrôlable. Juste cette fille dont l'identité t'était parfaitement inconnue. Juste cette fille et sa liberté à elle. Sa liberté partielle, pourtant. Mais qui lui suffisait. Peut-être car elle n'avait jamais rien connu d'autre. Et peut-être car elle savait qu'elle ne renouvellerait probablement pas cette expérience de si tôt.
Tu ne veux pas la déranger dans cet instant magique qu'elle partageait avec elle-même. Tu n'arrives cependant pas à te retenir bien longtemps, et déclares, au bout d'un long moment d'observation : «C'est quoi ton prénom ma belle ?»
FICHE ET CODES PAR ILMARË


Dernière édition par Dan Swazovski le Mar 9 Fév - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Dim 10 Jan - 13:30



let it all out
ft. dan & ana


t’en es là de tes réflexions, de l’adrénaline qui te propulse, qui te fait avancer. t’en es là de tes folles cavalcades, de tes sentiments que tu ne peux même plus contenir, de tes désirs de liberté réalisés, de ton envie de s’envoler quand on te parle. tu ne lui en veux pas, comment pourrais-tu, sans lui tu ne serais même pas là, mais tu sens bien que la magie explose ne milliards de petits morceaux, parce que tu forces ton esprit à se concentrer sur les mots, petits, réducteurs. les mots banals, les mots qui pourraient venir de quiconque, partout dans le monde. les mots qui enferment tout autant que les liens. tu te forces à te concentrer dessus, et tu perds un peu de cette folie douce, de cette chavirante ivresse qui t’habitait. tu perds un peu de cette course folle entre tes sentiments et toi.

c’est quoi ton prénom ? c’est celui que tu as laissé là-bas, entre les murs, celui que tu as abandonné en partant, en t’enfuyant. c’est celui que tu serais capable d’oublier entre les murailles pour t’abandonner de tout ton corps, de toute ton âme entre les arbres et la terre, entre les feuilles et le ciel. tu plantes tes yeux d’un bleu transparent dans les siens, à tomber par terre. il t’aurait fait chavirer, avant, avec son visage fin, et ses traits séduisants, et ces yeux, ses yeux. mais aujourd’hui, tu as vu les yeux du ciel, tu as regardé le soleil en face à face, tu as vu le monde, ne serait-ce qu’un peu.

aujourd’hui, tu es libre, alors ce ne sont pas ses beaux yeux qui vont t’enfermer. peut-être pas.

« Ana. »
tu lâches ce mot avec un léger sourire, simple, sincère. ce genre de sourire qui vient du cœur, et qui fonce dans celui de l’autre, tu l’espères. ce genre de sourire qui remercie, pour la liberté. qui remercie, pour tout ces sentiments que tu ne parvient même plus à contrôler. quelle est l’importance de ton prénom face à tout ça ? face à l’immensité de l’horizon qui s’étend, et vers laquelle tu peux, tu veux, courir en sachant que tu ne l’atteindras jamais ? en sachant que tes efforts sont vains, et que c’est ça que signifie liberté, ça signifie infinité, ça signifie que quoique tu fasses, aussi loin que tu ailles, aussi vite que tu coures, tu peux aller encore plus loin, plus vite. que ce n’est jamais fini.
il n’y a pas de limites. pas de bien, ni de mal. rien d’autre que ce grand ciel bleu à l’ombre des arbres, que ces rayons de soleils qui percent au travers des branches. rien d’autre que toi, ce garçon et la liberté.  de nouveau, tu lui attrapes le bras, raffermis ta prise, cette fois-ci. comme si tu avais peur de t’envoler, emportée par cette tornade de liberté. comme un hurlement silencieux, comme une demande implorée. retiens moi. c’est vertigineux, et j’adore. mais j’ai peur de tomber.

« t’es déjà venu, ici ? »

les mots t'ont échappés, admiratifs, envieurs. tu ne comprends pas comment il peut rester là, stoïque face au silence, et au cri si puissant de la délivrante évasion. au cri si puissant du monde entier, que tu pourrais toucher du bout du doigt. tu l'envies, et pourtant tu n'es pas jalouse. tu l'envies de vivre ça, et pourtant tu ne peux pas lui en vouloir.

il est beau, debout, devant toi, un sourire en coin au bord des lèvres, te regardant comme si tu le fascinais. comme si tu l’intéressais. ça fait longtemps que tu n’intéresses plus personne ici. que plus personne ne te regarde, ne se retourne quand tu passes. que plus personne ne te voit. et pourtant, tu as l’impression que lui, c’est différent. qu’à travers la danse que ton cri de rage de liberté t’a imposée, il t’a vue. et que ça lui a plu.
tu as toujours aimé plaire. presque autant qu’être libre.
il est beau, debout ici, tes yeux gris plongés dans son regard de mer.

made by lizzou
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Mer 13 Jan - 22:22



i wanna see the dirt under your skin
« Ana. »

Juste Ana. Tu t'étais imaginé une série de prénoms bien plus longs et complexes, en parfaite harmonie avec la personne qu'elle te dévoilait. Des prénoms avec des significations ancestrales, des prénoms dont elle te semblait être l'allégorie, autant de par leur beauté que de par leur portée profonde.
Mais non. Rien de tout cela. C'était juste Ana. Juste ces deux syllabes, juste ces trois lettres. Pas de prénom à sens caché, non, seulement la beauté de sa simplicité.
La simplicité de son prénom mêlée à la simplicité du sourire qu'elle arbore en te le déclarant. Sourire sincère. Sourire qui te plait. Sourire que tu lui rends. Comme toujours. Tu rends toujours les sourires, tu es quelqu'un de poli. Dans cette situation en particulier, tu lui rends également en guise de réponse à la déclaration de son identité, car elle ne t'avait pas retourné la question. Et que tu n'étais pas de ceux qui disent des choses à propos d'eux, sans qu'on leur demande. Tu n'aimes pas parler de toi. Pas toujours. Pas avec tout le monde.

D'un coup, sans que tu ne t'y attendes, la jeune fille t'attrape le bras. Elle le serre. S'accroche à toi comme à sa liberté.
À première vue, tu ne réagis pas. Tu restes stoïque.
Une seule chose a changé : la direction de ton regard. Tu le plonges dans le sien, déjà braqué sur toi. Tu la fixes sans même le vouloir, comme un ordre de ton subconscient, quelque chose qui te dépasse. Hors de ton contrôle. Tes gestes sont déconnectés de ton cerveau, tout juste reliés à ton âme.
Tu te noies dans ses yeux gris, le sourire aux lèvres. Sa prise est ta bouée de sauvetage. La jeune fille te rappelle qu'elle est là, avec toi, pour te repêcher si d'aventure tu n'arrives plus à remonter à la surface. Si tu n'arrives plus à distinguer réalité et illusions, et que tu te laisses sombrer dans l'étendue de ses pupilles. Dans les vagues qui y déferlent. Le courant est si fort, comme une tempête. Des éclairs jaillissent même, dans ce ciel grisé, parfois. Ils ne durent qu'une fraction de seconde. Assez pour t'éblouir. Comme le feraient les rayons du soleil, si tu arrivais à revenir à la réalité. A sortir de cette illusion, et à réintégrer la nature, la forêt. Mais tu n'y parviens pas. Ce fantasme est si beau, cette rêverie si ensorcelante, que tu ne peux t'en défaire de toi même. Tu as besoin de son aide. Elle répond à ton appel.

« t’es déjà venu, ici ? »

Ici, tu y viens tous les jours. Tu y es à chaque seconde. A chaque minute. Tout le temps. Parfois, tu fermes les yeux, pour le voir plus distinctement. Pour t'immerger dans ce dernier. L'intégrer un peu plus.
Tu n'y es peut-être pas physiquement, mais, dans ta tête, tu y es bien présent. C'est ton endroit. Ton chez toi. Là où tu n'invites personne.

« quelques fois. », atténues-tu cependant.

Tu ne lui retournes pas la question ; tu connais déjà la réponse. Et tu ne veux pas gâcher des mots, les faire sortir de manière superflue. Parfois, ces derniers n'ont pas besoin d'être énoncés. Les émotions passent par le regard, ou les gestes. Ou les deux.
Mais, à présent, vous êtes tous les deux immobiles. Chacun dévisageant l'autre.
Tu observes chacune des parties de son visage, tour à tour.
Ses yeux.
Son nez.
Ses joues.
Ses lèvres.
Tu restes quelques secondes sur ces dernières.
Mais tu ne fais rien, abasourdi par tout ça. Par la découverte d'une personne comme elle.
Tu n'arrives à rien, interdit. À rien d'autre que de la contempler, de répondre à ses questions, et de la contempler de nouveau.

Tu es là où tu n'invites personne. Tu es avec quelqu'un.
Tu ne le regrettes pas.
FICHE ET CODES PAR ILMARË


Dernière édition par Dan Swazovski le Mar 9 Fév - 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Jeu 14 Jan - 19:18



let it all out
ft. dan & ana


Il te répond, mais tu ne l’entends pas. il te parle, mais il parle déjà dans le vide. tu n’as pas tenu bien longtemps, au fond. il te répond quelque chose de banal, une réponse dont tu te doutes. une réponse que tu aimerais bien pouvoir offrir, toi. une réponse que tu ne peux pas donner.
tu sens encore une fois l’air dans tes cheveux. tu sens le vent qui cours sur ta peau, et ses yeux qui brûlent ton visage. il te découvre, te dévore. alors, tu le lui rends. tu t’arrêtes un instant sur ses joues, ses lèvres. un moment, sur ses cheveux, et son sourire. tu ne sais même pas s’il s’en rend compte, qu’il sourit. ce n’est pas ce que le psy verrait. il verrait des traits légèrement tirés, une bouche un peu retroussée, certes, mais il ne verrait pas. il ne le verrait pas.
il ne verrait les yeux pétillants, les yeux qui sourient. il ne verrait pas l’ombre du franc sourire qu’il t’a rendu, offert quelques minutes plus tôt, et qu’il n’a pas effacé tout à fait. il ne verrait pas les rides imaginaires au coin des yeux bleus de mer. il ne verrait pas, ne ressentirait pas le coeur qui bat.
tu ne sais plus si c'est la liberté qui t'enivre, ou son image qui s'imprime dans ta rétine. tu es perdue, mais tu sais qu'il y a le vent, le ciel, les arbres. tu sais qu'il y a l'horizon, que tu es libre, libre tant que tu peux l'être. tu sais qu'il y a toi, la liberté, et puis qu'il y a lui.
tu n'as rien perdu de tes paillettes dans les yeux, en lui parlant. ce dont tu avais peur ne s'est pas réalisé. au contraire, elles scintillent deux fois plus, maintenant, elles brillent, dans tes yeux, elles brillent comme autant de milliers de perles.
tu es une enfant qui voit la mer, l'amour.
pourquoi se prendre la tête, se compliquer la vie, quand on peut faire simple ? rien d'autre que toi, lui, et ce paradis.
pourquoi se prendre la tête, se compliquer la vie ? pourquoi on a instauré tout ça, tout ce fouilli ? c'est pas conventionnel, pas poli. c'est vulgaire, lâche, égoïste. c'est trop rapide, trop lent.
c'est trop tout, ou bien pas assez.
c'est peut-être pour ça, que vous êtes là. là, libres, alors que vous êtes trop souvent enfermés.
tu ressens trop, trop fort. tu l'aimes à en crever, ta liberté. tu l'aimes à en crever, alors tu peux oublier tout le reste.
alors, tu peux vivre.
tu laisses ton bras retomber, glisser. tu lèves les yeux au ciel, infantile, enfantine. y'a des branches, des feuilles, du vent, et du soleil. il t'attire le soleil. elles t'attirent les quelques planches, là haut, dans l'arbre. tu t'approches de lui, et tant pis ce qu'il va penser. toi, tu ne penses plus. tu ne penses pas.

« Tu montes avec moi ? »

monter, c'est s'envoler. tu lui proposes de voler avec toi, de toucher le ciel, le soleil du bout des doigts. de se perdre dans les nuages cotonneux, dans les feuilles tombantes. et tu souris, avec les yeux, avec le coeur. Gamine.

made by lizzou
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Sam 16 Jan - 18:46



i wanna see the dirt under your skin
Elle ne répond pas au renseignement que tu lui livres.
Comme si, finalement, elle avait décrété qu'elle n'en avait pas besoin. Comme si ceci était tellement évident qu'elle regrettait de te l'avoir demandé. Comme si savoir cela était inutile.
Trop insignifiant pour mériter sa place dans son esprit ; infomation oubliée à peine énoncée.
Son regard est perdu. À la fois dans le vide et plongé dans le tien.
A la fois libre et enchaîné, métaphore de sa propre situation.
Car cette fille était libre. Elle pouvait s'en aller, là, si elle voulait.
Mais elle n'irait pas bien loin. Pas bien loin sans toi. Quelques minutes et elle se blesserait, quelques heures et elle se fatiguerait. Et puis, ils la retrouveraient avant la nuit. Et ils la reconduiraient là-bas, l'enfermeraient avec d'autant plus de précautions. Ne l'autoriseraient plus à sortir avant très longtemps. Peut-être même qu'elle ne pourrait plus voir l'extérieur avant sa majorité.
Elle était peut-être folle, mais elle n'était pas bête.
Elle avait peut-être oublié que son actuelle liberté avait une limite, mais elle s'en rappelera bien assez tôt. La magie de ce moment s'en ira peut-être un peu, pour laisser place à la réalité, il fallait bien. Tu le savais.
Tu le savais, tu avais juste choisi de l'ignorer. De profiter de cet instant, de profiter de cette liberté éphémère.
Et de profiter de cette compagnie, éphémère également, mais moins.

Elle relâche peu à peu la pression qu'elle exerçait sur ton avant-bras, laisse glisser sa paume tout du long, jusqu'à atteindre le sol herbé où elle s'immobilise. Sans un bruit, pas même lors de son arrivée à destination. Elle t'effleure encore, du bout des doigts. Tu te surprends à frissonner à ce contact, comme lorsqu'une brise légère souffle sur tes bras nus.
Ton regard descend vers sa main, immobile, sur l'herbe sauvage.
Tu meurs d'envie de l'attraper, mais te retiens, attendant patiemment qu'elle prenne cette décision d'elle même. Mais elle ne fait rien, se contentant de t'observer, depuis plusieurs minutes déjà.
Ces minutes devaient sans doute représenter pour elle une sorte de compte à rebours ; chaque minute écoulée la rapprochant de la fin de ce court instant de liberté.
Si tu avais été à sa place, tu n'aurais pas supporté d'être de nouveau enfermé par la suite, tu n'aurais pas supporté une seule seconde de vivre ce supplice de tantale. Avoir été si proche d'une chose à laquelle tu aspires tant, pour t'en éloigner ensuite. Et ne plus jamais en être aussi proche que tu ne l'étais avant.
Inconcevable pour toi.

Sa voix te suprend, t'arrache à tes pensées quand, soudain, elle te fait une requête, pour la première fois depuis que vous êtes ici. « Tu montes avec moi ? », t'interroge-t-elle. Tu hésites un instant. Tu n'es jamais monté là-haut. Tu n'es pas un adepte des lieux en hauteur. Tu détestes tout ce qui te sort de ta zone de confort. Et pourtant...

« Pars devant, déclares-tu, je te suis. »

Tu n'aurais su dire pourquoi tu avais accepté. Peut-être son regard. Peut-être autre chose. Quelque chose de nouveau.
FICHE ET CODES PAR ILMARË


Dernière édition par Dan Swazovski le Mar 9 Fév - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Sam 16 Jan - 20:22



let it all out
ft. dan & ana


il te l’a confirmé. il te suit, il ne t’abandonne pas. il aurait pu, au fond. ça ne t’aurait pas vraiment dérangée, si ? tu ne sais même pas pourquoi tu lui as proposé. un élan subit, soudain, des mots qui sont sortis de ta bouche en se bousculant, sans vraiment que tu aies eu le temps d’y songer. il est là pour ça, après tout, n’est-ce pas ? ça, et veiller à ce que tu ne t’enfuis pas… et pourtant, tu le ressens. il ne te retiendrait pas, si tu tentais de t’enfoncer entre les arbres, vers l’inconnu. il se ferait peut-être punir, ou plus probablement jouerait à l’innocent. mais il ne te courrait pas après. tu ne sais pas comment tu es au courant. tu le sais, le sens, c’est tout. dans son regard, ses gestes, ses mimiques. dans ses yeux bleus électriques qui sourient bien plus que sa bouche.
mais il n’a pas à s’en faire. tu ne vas pas fuir. pas par là où ils s’y attendent, en tous cas. tu vas les surprendre, t’enfuir par le ciel, les nuages, les images, les souvenirs. tu vas t’enfuir en suivant le vent, en plongeant toute entière dans l’horizon. tu vas t’enfuir par les rêves, l’appel de la liberté que tu peux presque toucher, dans l’air qui t’entoure. oui, tu vas les prendre par surprise, et personne ne pourra te l’enlever de nouveau, ta liberté.
tu mets ton pied sur la première des branches, mains solidement accrochées aux rameaux un peu plus haut. tu sens le vent te faire trembler, mais tu n’as pas froid. tu n’as pas peur. tu montes, de plus en plus haut, de plus en plus vite. tu regardes le ciel, le sol qui s’éloigne. tu sais pertinemment qu’une chute te serait mortelle, qu’il te suffit de lâcher prise pour t’écraser à terre, dans une mare de sang, mais tu ne le vois pas. tu t’envoles, de plus en plus haut, de plus en plus loin.

et puis, soudain, comme dans un flash, cet escalier de liberté t’en rappelle un autre. ce sol, si lointain, t’en rappelle un autre. tes mains qui s’agrippent aux branches te rappelle cette poussée. Soudain, ta vision s’obscurcit, et cette promesse, promesse de liberté t’en rappelle une autre, promesse de captivité. soudain, ta main, si sûre jusque là, se met à trembler, et tes yeux s’éteignent en un flash. tu t’affaisses presque malgré toi, et tu sens ton corps se vider, de son énergie, et la magie du moment, se déverser hors de ton être, ton âme.
tu te retournes vers la présence que tu sens derrière toi, le garçon qui t’a rattrapé. tu serres tes mains aux branches, les serre avec plus de force qu’auparavant, pour les empêcher d’agir comme elles l’ont déjà fait. pour les empêcher de blesser. de le blesser.

« Ne m’approche pas ! »

ta voix a claqué, presque malgré toi. transfigurée, faiblesse et colère à la fois. tu veux qu’il s’éloigne, mais tu ne peux pas le repousser. tu as trop peur de le toucher. tu ne veux pas qu’il lui arrive quelque chose, pas à cause de toi, et, par-dessous tout, inexplicablement, pas à lui. tu ne veux pas le faire souffrir, lui faire du mal. tu ne veux pas revivre ça.

« ne m’approche pas… »

ta voix a faibli, l’ordre est devenu supplication. tu es paralysée, figée et pourtant effrayé de ce que ton corps, tes pulsions seraient capables de faire. tu ne peux rien faire, rien d’autre que rester là, à repousser les souvenirs, les cauchemars, à repousser sa voix, son visage. tu n’y a jamais repensé, n’est-ce pas ? tu l’as toujours enterré, au plus profond de ta mémoire, pas vrai ?

« Je suis désolée. »

et tu ne sais même pas si tu parles à ton libérateur provisoire, au témoin de tes démons, ou bien au fantôme de ton être. à ton frère, ou celui qui l’était.

made by lizzou
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Jeu 21 Jan - 19:25



i wanna see the dirt under your skin
Le corps frêle de la jeune fille s'engage dans cette montée, quelques secondes à peine après que tu lui en as donné l'autorisation. Peut-être qu'elle n'attendait même pas que tu la lui donnes, et que, si tu avais répondu par la négative, elle aurait malgré tout suivit sa propre idée; elle ne te semblait pas être le genre de personnes qui attendent l'accord des autres pour entreprendre ce qui leur tient à coeur. Qualité et défaut à la fois, pensais-tu.

Tu lui emboîtes néanmoins aussitôt le pas, ne voulant pas la laisser prendre trop d'avance. Tu sembles grimper avec un peu moins d'ardeur qu'elle ; tu manques en effet d'assurance, et de rapidité, face à elle, qui ascensionne avec une grâce et une agilité que tu n'aurais pas soupçonnées.
Elle agit pourtant selon toi d'une manière beaucoup plus imprudente qu'elle ne le devrait, un peu trop. Ainsi, tu es apaisé de ta propre présence à ses côtés. Car il fallait bien que quelqu'un soit là, pour assurer votre sécurité dans un moment comme celui-ci. Sa sécurité à elle, qui ne se rend sans doute pas compte du risque que vous courez en grimpant à cet arbre, et à toi, aussi, sur qui cette chevelure brune pourrait basculer à tout instant.
Quelques secondes, et plus rien.
Rien que du sang, accompagné des corps inertes à qui il aurait appartenu. Cadavres de deux ados paumés en quête de sensations fortes. C'aurait été ridicule, et tu te devais de vous épargner cela.

Vous escaladiez cet arbre, branche après branche. Aucun mot n'était échangé, car elle savaourait cet instant et que toi, tu ne voulais pas la déranger.
Au bout d'un long moment de progression silencieuse, tu remarques néanmoins une chose qui n'aurait jamais dû être là. Un manque de fermeté dans ses prises, accompagné d'un ralentissement visible.
Tout de suite, comme un réflexe, tu lèves un bras, déjà prêt à la rattraper en cas de chute, pensant à une perte soudaine d'énergie. Mais elle ne tombe pas, ne s'écrase pas contre ton bras tendu. Elle s'est juste arrêtée. Elle ne perd pas connaissance, pas plus qu'elle ne s'écrase sur le sol. Mais elle a cessé de voler, stoppée en plein milieu de sa course vers le ciel.
Puis, un mouvement. Le premier depuis de nombreuses secondes. Elle se retourne vers toi, plonge une nouvelle fois son regard dans le tien. Regard vide, et sec à la fois. Un regard que tu ne connaissais pas. Un regard que tu ne lui soupçonnais pas. Le regard de quelqu'un dont l'âme avait quitté le corps, pour un endroit pire encore.
Il n'était en rien celui qu'elle possédait quelques instants auparavant, et qui te faisait chavirer. Rares étaient les regards qui avaient le pouvoir de t'emporter à ce point.

Tu l'observes de haut en bas. Ses membres tremblent. À cet instant, elle n'est pour toi qu'une inconnue. Pas la jeune fille qui courait dans l'herbe, s'en extasiait, pas plus que celle qui criait sa liberté quelques minutes auparavant. Elle n'est plus qu'une coquille vide, son esprit sorti du présent. Il semble avoir voyagé dans son passé, mais tu n'en es pas certain. Tout ce que tu sais, c'est qu'elle s'accroche aux branches d'arbres, comme elle s'accrocherait à sa propre vie.

Puis, elle revient à la réalité, pourtant à peine remise de ce qui venait de se produire dans sa tête. Elle a peur. Elle a peur de te blesser. Elle te défend de l'approcher, t'en donne l'ordre. Toi, tu n'as pas peur d'elle. Mais elle ne le comprend pas.
À cet instant, tu trouves qu'elle a beaucoup trop d'estime pour elle, à croire qu'elle pourrait blesser un homme, et à penser qu'elle pourrait faire du mal à quelqu'un comme toi. Personne t'atteint, toi. Personne te brise, personne t'amoche. Personne hormis toi. Toi et tes pensées que tu ne contrôles pas, toi et ton rêve de liberté. Toi, toi et toi seul. Elle, elle n'a aucune chance de te blesser, avec son corps frêle et son regard d'enfant.
Les enfants ne cassent pas les gens, c'est les gens qui cassent les enfants.

« T'excuses pas », déclares-tu pour la rassurer, peut-être.
Tu te rapproches d'elle, doucement, pour ne pas la brusquer. Arrivé à sa hauteur, tu poses une main sur son épaule, centimètre après centimètre, préparé à tout geste brutal de sa part.
« Tu vois. Tout va bien Ana »

C'était la première fois que tu prononçais son prénom.
FICHE ET CODES PAR ILMARË


Dernière édition par Dan Swazovski le Mar 9 Fév - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Jeu 21 Jan - 21:09



let it all out
ft. dan & ana


il te regarde, comme on regarderait une gosse innocente. il te regarde, et tu vois qu’il ne comprend pas. c’était stupide de le croire, pourtant. comment un inconnu aurait-il pu t’aider, te comprendre, après seulement quelques virevoltements exaltés de liberté ? ton corps, ton âme qui dansaient dans l’herbe, c’était toi, entière, pleine. c’était toi, et pourtant, il n’a pas vu, pas compris. tu as essayé d’y croire, tu n’as pu t’empêcher d’aller trop loin, comme toujours. un pas, juste un de trop, un minuscule, infime, que tu croyais pouvoir te permettre, au nom des frontières brisées, au nom du vent qui faisait voler tes cheveux. comme d’habitude.
maintenant, la bête est lâchée, libre, et tu ne peux qu’assister à la destruction. maintenant, Colère et Rage ont repris le dessus, s’envolant avec l’air qui caresse l’infini, avec l’azur qui atteint l’horizon. maintenant, tu ne contrôles plus ton propre corps, et les souvenirs qui reviennent en boomerang bien trop tranchants t’écorchent l’esprit, te meurtrissent le cœur comme aucune lame n’aurait pu t’atteindre. maintenant, tu souffres en silence, tu cauchemardes les yeux ouverts, parce que tu ne sais que trop bien que si tu les fermes, ne serait-ce qu’une seconde, les cheveux noirs teintés d’un rouge bien trop pourpre viendront s’imprimer sur ta rétine, et que tu ne retrouveras le sommeil que plusieurs jours plus tard, enfermée dans une cellule capitonnée, à hurler douleur et rage à la lune, à pleurer l’amer goût  de défaite et de supplice qui t’envahiront.

Maintenant, tu es perdue dans tes pensées, ton être entier, prisonnière de tes actes, prisonnière de ta conscience, et il ne comprend pas. tu pensais que ça irait, aujourd’hui, que tu goûterais enfin à ce qu’on appelle le bonheur, à ce qui se teinte de la mélancolie de tes souvenirs, mais qui goûte enfin la liberté. t’as jamais su t’arrêter, t’as toujours foncé, trop loin, trop vite. t’as toujours perdu le contrôle.

« T'excuses pas. »

c’est sa voix qui te rappelle à ce qu’ils appellent la réalité. qui te ramène à ce qu’ils appellent le présent, ce qu’ils disent vrai. ce sont ses mots qui te réveillent, un peu, et qui t’assurent qu’il ne comprend pas. tu dois t’excuser. tu dois le dire, l’hurler. ils ont voulu te l’arracher, quand t’es arrivée. ils ont voulu te le faire souffler, crier. peut-être que ça aurait arrangé des choses, au fond. peut-être que ça aurait rafistoler à grands coups de mots le cœur de ta pauvre mère brisée, l’esprit de ton père qui s’était effondré. mais t’as pas voulu les dire, ces quelques paroles. t’as pas voulu, parce que ça sous entendait, sous entend trop. ca sous entend que tu te rappelles, que tu acceptes. ça sous entend que tu t’en veux.

et si tu t’en veux, la douleur est bien trop réelle, bien trop forte. elle t’atteint en plein cœur, explose dans ton être, hurle dans ton âme.  meurtrière, meurtrière.

tu sens à peine sa main sur ton épaule au travers des larmes qui te brouillent maintenant la vue. tu lui avais dit de ne pas approcher, mais, à présent, peu t’importe. tu peux bien le tuer, t’auras qu’à te tuer avec. tu vas mourir, de toutes façons. ça ne peut pas se finir autrement, après tout. t’as bien trop mal pour vivre encore, pour vivre autre chose. c’est ça, les remords ? c’est ça, les regrets, le repentir, ce sont ça, les mots dont ton psy t’harcèle depuis deux ans, inlassablement ? c’est cette douleur insoutenable qui te vrille le corps, qui t’hérisse les poils et qui te donne envie de te laisser glisser le long de la branche jusqu’à terre ?

« Tout va bien Ana. »

encore une fois, c’est sa voix qui te sort de ta macabre torpeur, de tes atroces rêveries . encore une fois, il te donne une chance de ressortir de ce trou, cercle vicieux. mais, cette fois-ci, tu la saisis, la branche qu’il te tend. cette fois-ci, tu lèves tes yeux brillants, mais plus de paillettes, vers lui, et tu relâches un peu tes jointures maintenant blanches. tu ne peux pas le croire, et pourtant tu le veux, tellement fort.

« Non. »

ta voix est rauque, éraillée. t’as perdu tout prestige, et tu ne sais même pas s’il t’a entendue. à vrai dire, tu ne sais même pas si tu lui parlais réellement. quelle importance ? tu sens sa main sur ton épaule, et tu voudrais y croire, tu voudrais espérer, te relever, et faire comme avant, comme si rien ne s’était brisé aujourd’hui, comme si tu étais encore toi-même, entière, pleine. tu voudrais, si fort que ça aussi, ça t’en fait mal. mais tu peux pas, parce qu’on ne revient pas en arrière. jamais.

« S’il te plaît… »

c’est moins qu’un murmure qui s’échappe de ta gorge. tu ne sais même pas pourquoi tu le supplies ainsi, faible enfant laissée à terre, vaincue par ses souvenirs-démons, par sa conscience succube. il ne te reste rien, ou si peu. même la liberté s’est envolée. tes barrières ne sont plus praesidium, à présent. ta cage est dans ton cerveau, tu es l’esprit, l’acier de tes barreaux.

made by lizzou
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Dim 31 Jan - 18:13



i wanna see the dirt under your skin
Tes mots pénètrent ses oreilles, et s'aventurent jusqu'à son cerveau. À ces derniers, elle baisse les yeux vers toi, toujours situé en dessous d'elle. De peu, néanmoins, car tu avais réduit l'écart en te rapprochant pour lui parler. Tu te rends pourtant bien compte qu'elle ne te regarde pas, comme si elle fixait quelque chose situé derrière ton dos. Et que tu étais transparent.
Tu n'aimes pas ce sentiment. Celui où ta présence et ton absence ont exactement la même valeur. Valeur insignifiante. Tout comme toi, à cet instant.

Lorsque tu poses ta main sur son épaule, tu es suffisamment proche d'elle pour remarquer ses yeux brillants. Des larmes. Des larmes qui ne coulent pas, qui semblent vouloir rester à l'intérieur de ces iris gris, de ce ciel nuageux. Parce que, dehors, la tempête éclate, le tonnerre gronde. Les larmes n'aiment peut-être pas danser sous la pluie.

« Non », t'affirme-t-elle. Comme une malédiction qui s'abattrait sur vous. Sur elle. Sur elle et tout ce qui se trouverait aux alentours. Cyclone dévastateur.
Va-t-il vous dévaster, vous aussi?
Anna énonce sa réponse comme si il n'y avait d'autre alternative. Et qu'elle s'y accommodait.
Les choses sont comme elles sont. Rien ne sert de tenter de les modifier. Au final, on a autant de chances de les améliorer que de les déteriorer ; chances bien moindres.
Mais ce regard terrorisé avait raison. Elle avait raison. Tout n'allait manifestement pas bien.
Tu te devais juste de lui affirmer le contraire, et tu te devais de laisser croire que tu le pensais vraiment. Naïvement.
Pour ne pas empirer la situation. Peut-être. Pour ne pas qu'elle te quitte de nouveau, qu'elle ne revienne plus jamais. Qu'elle sombre dans des souvenirs aussi sombres que son passé. Et qu'elle te fasse sombrer avec. Que vous sombriez tous les deux. Comme deux épaves.
Et tu tenais trop à ta liberté pour vous laisser sombrer.

Mais tu ne réponds rien. Car tu savais qu'elle visait juste, et que tout n'allait pas bien, et que ce n'était pas de pauvres mots la contredisant qui changerait cette situation. Et que ces derniers sont faibles.
Trop faibles
faibles face à son passé
et puis ?
Et puis rien.
Rien que son passé. Qui la possède. Qui la possède comme elle te possède. Et peut-être que tu possèdes quelqu'un, toi aussi. Boucle infinie. Boucle bouclée.

« S'il te plaît... »

Veut-elle que tu partes ?
Que tu l'enlaces dans tes bras ?
Que tu la laisses seule ?
Que veut-elle ?
Elle est une énigme. Une énigme dont tu ne parviens à trouver la solution.
Y arriveras-tu un jour ?
Peut-être. Mais tu en doutes.

Tu veux redescendre ? lui demandes-tu.

Peut-être était-ce la solution à l'énigme.
FICHE ET CODES PAR ILMARË


Dernière édition par Dan Swazovski le Mar 9 Fév - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Dim 31 Jan - 20:48



let it all out
ft. dan & ana


Il te fixe comme s’il était impliqué, comme si ça le touchait réellement. Comme si ça lui importait. Depuis combien de temps n’as-tu pas vu, ressenti ça, les yeux de l’autre qui se posent sur toi et qui voient vraiment, qui comprennent. Comme s’il pouvait lire à travers la peau, les os, les sentiments qui s’embrouillent jusqu’à t’en faire exploser les pensées.  Il te regarde, et il t’écoute, te cherche. Il ne te trouvera pas, il ne te trouvera plus, parce que tu t’es toi-même perdue. Parce que tu es là, enfermée sous des milliers de couches de peur, de haine, et tu es tellement loin, tu te complets tant en tes maux que tu doutes même de pouvoir t’y retrouver un jour. Qui sait si tu n’en as ne serait-ce que l’envie ?

Il te regarde, et il ne dit rien, il se contente de chercher. Il ne fais pas comme lui, comme eux, les autres. Il ne dit pas ce qui lui passe par la tête, ou ce que lui aimerait entendre. Il ne reste pas sur ses idées stupides de tout va bien. Parce qu’il sait tout autant que toi que c’est faux, et que rien ne pourra jamais changer cela. Que c’est tout ce qu’il vous reste, et que plus personne ne peut vous aider maintenant. Non, tout ne va pas bien, quoiqu’ils en disent, les psys, les gardiens, les autres. Ceux qui ne savent pas. Tu ne dis pas que lui, il sait. Tu n’en sais rien. Peut-être que tu deviens un peu folle, au fond. Peut-être que tu deviens un peu trop les sentiments qui t’habitent, et que tu t’effaces, lentement, derrière les émotions qui te dépassent, derrière une douleur trop grande pour toi.
Peut-être bien que tes souvenirs sont trop affreux pour que tu ne puisses les affronter. Surtout pas ici, surtout pas avec lui.
Ou peut-être que c’est le meilleur endroit, le meilleur instant, au final. Celui qu’ils ont choisi.

« Tu veux redescendre ? »

Tes mains se crispent de nouveau contre les branches, moins fort cependant. Tu observes la proposition quelques instants. Redescendre. En sécurité. Avec lui. Avec le cadavre, le crime, le souvenir. Avec la terreur et le sang. En sécurité, au milieu de tes cauchemars. Tu secoues la tête, de toutes tes forces. Tu inspires, expires, lentement, profondément. Il est là, et, pour la première fois depuis que tu t’en rendue compte de ce que tu avais fait, ce que tu avais commis, ça te rassure presque. Tu t’obliges à relâcher tes doigts, un par un, et tu le fixes, droit dans les yeux. Comme avant, avant que l’image, cette image qui te donne envie de te laisser tomber à terre, de te fracasser le crâne comme tu le lui as éclaté en miettes, ne s’imprègne sur ta rétine.

« Non. »

Tu te redresses, membre après membre, seule. Tu ne le quittes pas une seconde des yeux, enfant inquiète vérifiant que quelqu’un est là pour la rattraper si elle tombe, flanche. Tu as peur d’être seule, à présent. Tu veux qu’il reste. Mais tu refuses qu’il ne t’aide ne serait-ce qu’un peu. C’est à toi de le faire, parce qu’au fond, personne ne peut t’aider. Pas vraiment.
Et puis, qui le veux ?

Tu reprends ton ascension, yeux rivés vers le ciel, le plancher de la cabane. Le rêve à disparu, tu ne t’envoles plus, tu fuis, lâche, mais en sécurité. Autant que tu le peux.
Tu arrives devant la cabane, tu pousses la trappe, de toutes tes forces, d’un grand coup. Désespérée. Tu cherches asile, un refuge. Refuge contre les souvenirs, la peur et la douleur. Refuge contre ce que tu as toujours fui et qui te rattrapes aujourd’hui.
Refuge dans lequel tu l’invites.

« C’est beau ici. »

C’est vrai. Et ça, tu peux encore le voir.

made by lizzou
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Dim 7 Fév - 21:27



i wanna see the dirt under your skin
Tu vois des mains qui se crispent. Tu vois un mouvement de tête. Et une réponse négative.
Non, il ne fallait pas redescendre. Non, ce n'était pas judicieux, de réintégrer la Terre, après avoir été si proche du ciel. Ce qu'il vous fallait, c'était de continuer. De vous accrocher. Au sens figuré, autant qu'au sens propre.
Il vous fallait oublier la peur, et, à défaut, avancer avec. À défaut de devenir téméraire, savoir se montrer brave. Apprendre à remonter à cheval après avoir chuté.

Ainsi, elle remonte à cheval, et toi tu l'aides à ne pas retomber. Ou plutôt, tu te tiens prêt à la rattraper si d'aventure il arrivait qu'elle rechute. Mais tu sais que ça n'arrivera pas. Qu'elle sera assez forte. Qu'elle sera plus forte.
Plus forte que ? que tu ne l'aurais été.

Elle se redresse, et ne te quitte pas des yeux. Toi, tu ne bouges pas d'un pouce, et ne la quittes pas des yeux.
Vous restez ainsi, le regard plongé l'un dans l'autre.
Combien de temps ? des heures.
Combien de temps ? des siècles.

Et puis, elle repart. Ascensionne. Monte.
Tu la suis, de près, d'assez près, et elle ne tombe pas. Elle s'en sort, arrive jusqu'au refuge,  et tu la suis. Comme si elle t'invitait chez elle, après que tu l'aies invitée chez toi.
Deux âmes en peine qui s'accueillent mutuellement.

Ainsi, tu entres dans la cabane exiguë. Oiseau qui s'enferme dans sa cage, pleinement conscient de ses actes. Elle est assez haute pour qu'Ana se tienne debout, mais pas toi. Alors, tu t'assieds, te laisses glisser contre la paroi de bois. Le regard braqué droit devant toi. Tu attends qu'elle siée à tes côtés, mais il n'en est rien. Pour l'instant, peut-être.

« C’est beau ici », se contente-t-elle de remarquer.

Beau. Elle prononce ce mot comme si son âme, sa raison d'être, ne tenait qu'en lui. Comme si elle vivait car il existait. Qu'elle vivait pour ce mot, qui la désignait totalement.
Ici. Quelques planches de bois associées les unes aux autres, un peu de poussière, des feuilles mortes probablement vestiges d'une raffale de vent. Et puis Elle.
Est-ce beau, ici ? Sans doute.
Que représente la beauté, alors que tu es avec Elle ? Une cabane, un arbre, de la terre. Et la liberté ? Et ta liberté ? Ta liberté arrive-t-elle à la hauteur de sa beauté, à Elle ?
Peut-être devras-tu un jour faire un choix, entre Elle et ta liberté. Si c'était le cas, tu ne sais ce que tu choisirais.

pas autant que toi. réponds-tu machinalement, sans même t'en rendre compte. Alors que tu es ailleurs. Fantôme. Fantôme dont le corps est la seule relique. Fantôme avec un coeur qui bat. Qui bat pour elle.
FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Jeu 11 Fév - 19:53



let it all out
ft. dan & ana


Oui, c’est beau ici. Ici, c’est quelques planches de bois, cassées, maintes fois réparées, et qui tiennent encore debout. Ici c’est brisé, affaibli, ébréché, et pourtant c’est toujours debout. Un peu comme vous. Est-ce que des enfants sont venus s’y cacher, réfugier ? Est-ce qu’ils ont grimpé aux branches, les uns derrière les autres, riant, criant ? Est-ce qu’ils ont voulu échapper, rien qu’un instant, rien qu’une seconde, à ce monde trop grand pour eux, aux soucis trop graves ? Est-ce qu’ils ont voulus, eux aussi, s’enfuir, se libérer ?
Tu n’arrives pas à les imaginer, ces rires envolés jusqu’au ciel, ces cris de joie qui se mêlent aux cris de peur de celui qui a le vertige, mais qui a voulu monter avec les autres. Parce que lui aussi, il voulait toucher le ciel. Parce qu’on veut tous toucher le ciel.
Tu es dans un asile, un refuge pour ton petit cœur brisé. Quelques part où ils ne peuvent pas monter, eux, avec leurs mots de réconforts qui te donnent envie de mourir, partir, leurs psys à deux balles qui te répètent que tout va bien alors que le monde est en train de s’écrouler autour de toi. Ils ne peuvent pas monter, le poids de la culpabilité est bien trop lourd pour s’envoler.
Tu es dans un asile, un refuge pour ton âme échouée. Tu es là où il n’y a plus que toi, toi face à la liberté. Tout le reste est resté en bas, et tu sais qu’il t’attend, chien sage assis au pied de l’arbre. Mais, ici, il n’y a plus que toi, et le ciel, toi et l’univers. Toi, et lui.

« Pas autant que toi. »

Est-ce que c’est toi qui a parlé, ou bien est-ce lui ? Peu importe, au fond. Il s’est assis contre le mur, et tu te laisses glisser à ses côtés, sans un mot, sans un bruit. Ailleurs, cela n’aurait aucun sens. Ailleurs, tout serait flou, mauvais, dangereux. Ailleurs, rien ne serait simple, tout serait faux. Ici, maintenant, c’est une évidence. Ici, maintenant, c’est quelque chose d’entier, de vrai. Ici, maintenant, c’est quelque chose qui t’éblouit, qui te frappe comme une certitude.

Glisse ta main dans la sienne, entrelacs que forment vos doigts. Sans lui, ça n’aurait pas été pareil. Sans lui, ça n’aurait pas été incontestable, absolu. Ou peut-être que si. Peut-être que sans elle, sans la liberté, vous n’auriez pas été intenses, vos cœurs n’auraient pas battus à l’unisson.
D’aucun appellerait ça l’amour. Et ils auraient raison.
Tu es amoureuse. Amoureuse de la liberté.

made by lizzou
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Ven 12 Fév - 15:46



i wanna see the dirt under your skin
Elle se laisse glisser à tes côtés. Aussi doucement que silencieusement. Telle une goutte de pluie muette perlant sur le mur de bois vétuste. Mais il n'a pas plu, non, aujourd’hui, le soleil a rayonné, le soleil rayonne, éblouit. Tout comme vous rayonnez, tout comme vous éblouiriez si quelqu'un d'assez hardi se trouvait là pour l'être. Mais à la cabane abandonnée personne ne siégeait, personne hormis vos deux âmes accompagnées de vos deux corps accessoires. Le plus négligeable demeurait le tien, car son corps, à elle, il t'aveuglait. Son corps, mais ses gestes aussi. Ses gestes, mais son regard aussi. Tu aurais pu l'affubler de la douce épithète homérique ‘ Ana aux yeux d'agent’ , tellement ce dernier te captivait. Tu aurais pu passer pour un individu bien inconvenant, à la fixer ainsi... si elle ne te rendait pas la pareille, depuis le début de ce jeu intensif de regards.

Et puis, elle glisse ses doigts à l'intérieur des tiens, que tu gardais immobiles entre vos deux silhouettes semi-assises. À leur contact, tu te surprends saisi d'un frisson. Comme si son âme, de par sa main, rencontrait la tienne. Comme si elles s'unissaient, pour former un tout divinement grandiose. Enfin. Deux consciences jumelles séparées depuis toujours, enfin réunies. Réunies pour toujours ? Tu l'espérais.

À cet instant, tu n'étais pas un homme, Dan.
Je n'aurais su dire ce que tu étais, mais tu n'étais plus un être humain. Tu n'étais ni mieux, ni moins bien. Tu étais différent. Et tu étais en vie.


On cherche tous à se sentir vivant, toi le premier. D'habitude, tu te contentes de fumer, de frapper, de frapper en fumant. Mais là, en cet instant, quelque chose de pur semblait s'être infiltré en toi. Tu te sentais candide, naïf, virginal. Tu supposais la présence d'un enfant, pianotant furtivement sur la porte d'entrée de ton esprit, finalement admis pour un séjour d'une durée indéfinie. Enfant que tu n'as jamais connu ; jamais été.

« Si on t'offrait un livre retraçant l'histoire de ta vie, lirais-tu la fin ? » l'interroges-tu alors, après un long silence, signifiant plus que ce qu'il ne disait.

Tu n'aurais su dire pourquoi cette question t'était venue en tête, ni pourquoi tu la lui posais. Tu sembles arrivé à un stade où tes paroles, tes gestes, ne dépendent plus de ton propre contrôle. Ils ne dépendent de rien.
Comme Elle, qui parvient à paraître à tes yeux beaucoup plus libre qu'elle ne l'est réellement.

À cet instant, Dan, ta propre allégorie de la liberté possédait son visage.
FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Sam 13 Fév - 0:05



let it all out
ft. dan & ana


Ils pourraient te mettre en cage, t'enchaîner. Te battre jusqu'au sang et te briser jusqu'à ce que les larmes coulent sans que tu puisses les contrôler.
Ils pourraient te détruire et te haïr, te blesser, te torturer. Ils pourraient ruiner ta vie, après tout c'est déjà fait. Te donner envie de disparaître, t'enfuir. Ils pourraient t'anéantir que tu continuerais  d'exister. Tu continuerais d'exister pour lui, pour toi, pour ça. Ça, qui te fait vibrer, sentir, ressentir.
Ça, qui t'enivre et te donne envie de crier, hurler. Comment pouvais-tu te sentir si faible quelques secondes avant alors qu'à présent, corps contre corps entre toi lui et elle tu es pleine entière, réelle et réalisée. Comment pouvais tu te soucier de ce qui te semble maintenant infime, infime passage de ta petite vie dans l'immensité du monde, de l'univers. Dans l'immensité de liberté, océan d'infinité.

Tu sens ses doigts entre les tiens et tu te sens réelle, un peu plus qu'avant. Elle est bien loin ta cage dorée où ils disaient te soigner. Bien loin, les barreaux de fer qui te contenaient dans les limites de ton âme, de ton esprit. Elle est bien loin, la peur latente, tapie dans l'ombre, et la colère et la rage, prêtent à bondir sur les innocents, main armée de ton horreur.
Ici tu n'as plus peur. Pas avec lui, pas maintenant. Pas alors que le soleil se répercute sur les planches usées, fait briller vos peau à l'unisson, vos cœurs qui battent en rythme avec l'univers.
Ici, tu n'as plus peur.

« Si on t'offrait un livre retraçant l'histoire de ta vie, lirais-tu la fin ? »

Et les mots ne te perturbent pas, ne cassent pas la magie. Ils sont à leur place, la seule, celle qui leur était destinée. Les mots ne te perturbent pas et la réponse te vient naturellement, comme un souffle dicté par quelque chose de bien plus fort que toi, bien plus puissant. Quelque chose de grand, l'incontrôlable, incontrôlé. Mais tu n'as pas envie de le contrôler.

« Seulement si elle est bonne. »

Dehors, ou plutôt dedans, tu aurais su ce qu'il en était, ce qu'il en était vraiment. Tu aurais dit non, parce que la fin, ta fin, ne sera pas bonne. Parce que tu n'es pas faite pour ça, pour les happy ends joyeux, pour les fins heureuses. Elles sont pour les autres. Elles sont réservées, et tu n'as pas été assez prompte à prendre ton ticket.
Mais ici, maintenant. Ici, avec lui, dans ses yeux, tu la vois, tu la sens. Ici, maintenant, avec lui, avec elle. Avec la liberté et son protecteur.
Ici, dans ses yeux bleus mers bleus rêve, tu peux enfin rêver. Tu peux enfin y croire.

« Est-ce que tu l'as déjà été ? Heureux, je veux dire. »

La question a fusé. Tu sais que tu l'as été, toi même mais tu ne peux t'en souvenir. Comment c'était, comme on se sentait. Alors, tu attends sa réponse. Et, au fond de toi, tu espères que ce sera un oui. Tu as envie qu'il ait déjà goûté à ce sentiment si vendeur, vendu. À ce bonheur.

Ils pourraient te battre, t'enfermer ou te tuer. Mais tu ne cesserais jamais d'exister.

made by lizzou
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Sam 20 Fév - 1:28



i wanna see the dirt under your skin
« Seulement si elle est bonne. », te certifie Ana, simplement.

Seulement si elle est bonne, te répètes-tu dans ta tête. Comme pour t'imprégner de ses mots, pour en dénicher le sens qu'Elle aurait pu y dissimuler. Un sens qu'uniquement quelqu'un accordant une importance aux mots remarquerait. Et toi, tu prêtes attention aux mots, car ils sont précieux, et que leurs multiples nuances le sont aussi.
Une bonne fin. Tu as manqué le bon début, arriveras-tu à la bonne fin, toi, Dan ? On termine comme on a commencé, se fait-il entendre parfois. Comme une sorte de proverbe. Et les proverbes sont supposés s'appliquer à tous, non ? Je ne vois pas pourquoi tu dérogerais à la règle, tu n'es manifestement pas aussi spécial que tu veux bien le croire. Puérilement, tu aurais aimé que ce soit le cas. Que quelque chose te différencie des autres, en bien, ou même en mal. Mais non. Tu es pareil. Et tu es insignifiant. Une. bonne. fin. Peut-être a-t-elle vécu un bon début, Elle. Et peut-être vivra-t-elle une bonne fin, Elle. Tu ne sais pas vraiment si tu l'espères, ou si tu l'envierais trop que ce soit vrai. Mais toi, tu es certain du fait que t'y échapperas jamais. Qu'il y aura toujours des obstacles à ce que tu réalises ce que tu souhaites vraiment. U n e. B o n n e. F i n. Alors, pourquoi tes désirs devraient-ils subir cette tragique issue et les siens survivre ? Pourquoi son histoire aurait-elle une bonne fin, à Elle ?

Et, par dessus tout, pourquoi jalouses-tu le simple fait que ce soit envisageable pour elle au lieu de t'en réjouir ?

Sa question suivante arracha Dan de ses pensées, comme lorsqu'on réveille quelqu'un en lui versant un sceau d'eau froide sur la tête.

« Est-ce que tu l'as déjà été ? Heureux, je veux dire. »

Non Dan, t'as jamais été heureux, avant. Non, en effet, et je ne le serai sans doute jamais. Ça a pas été créé pour les mecs comme moi, le bonheur, n'est-ce pas ? C'est bien connu. Moi, je mérite pas tout ça. Je ne mérite que de me coucher le soir avec le coeur vide, de me réveiller le lendemain le même coeur toujours aussi vide. Qu'as-tu fait, pour mériter un tel sort ? Tu as tué. Tu as ôté la vie. Je sais qu'elle l'avait cherché, je sais que mon sort aurait été pire si je n'avais pas pris mon destin en main en écourtant le sien.
« Non. » lâché-je sèchement.

Tu as menti
Tu t'es menti
Car maintenant tu l'es.
Maintenant tu es heureux, Dan.

Maintenant, à cet instant, avec elle, il se sentait heureux. Il était juste trop fier pour bien vouloir l'avouer, pour bien vouloir se l'avouer a lui-même. Il préférait se croire à l'abri du sentiment. Afin d'éviter l'obligation de le guetter à nouveau durant le reste de sa vie dans l'espoir de le retrouver.
Quel idiot tu fais, Dan.

Alors je dis quelque chose que je n'aurais jamais soupçonné entendre de moi-même. Alors une lueur naquit là où je pensais tout espoir perdu.

« On dit qu'on est heureux quand on se sent réel... », puis, après quelques secondes de silence. « Tu penses que tu pourrais m'apprendre... m'apprendre comment on se sent réel ? »

Tu ne t'es jamais senti aussi vulnérable qu'en cet instant. Aussi nu. Pas ton corps, mais ton esprit. Tu n'as jamais senti ton esprit aussi vulnérable et aussi nu. Comme si quiconque se trouvant aux alentours pouvait pénétrer ton esprit, visiter ton esprit, vulnérable et nu. en modifier certaines caractéristiques ? le rendre plus nu encore, mais un peu moins vulnérable.

Pénétrer ton esprit était simple, en cet instant particulier. En sortir indemne était lourde tâche.

Et si Ana demeurait la personne dont tu avais besoin pour ce dur labeur ?
FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Dim 21 Fév - 17:40



let it all out
ft. dan & ana


Le silence s’installe dans la cabane, s’insinue sur chaque planche de bois, dans chaque rayon de soleil. Ca en aurait gêné beaucoup, nombres l’auraient rompu, d’un mot banal, d’une phrase idiote, sans intérêt. Une phrase pour ne pas être dérangé, mal à l’aise. Mais pas toi. Toi, tu t’en fous, il t’en faut bien plus pour être mal à l’aise, bien plus pour ne pas te sentir à ta place dans ce paradis où il t’a invitée. Toi, tu t’en fous ; tu sais que les mots ont un sens, qu’ils ne se prononcent pas dans le vent, que, même s’ils partent, fuient, ceux qui comptent restent gravés dans les esprits, à tout jamais. Et, pour toi, Ana, chaque mot compte.
Pour lui aussi, visiblement. Tu ne connais même pas son nom, pourtant, tu crois que tu commences à entendre son cœur qui bat au creux de tes doigts, tambour régulier au diapason de celui qui rythme ton corps. Boum, boum. Il cherche sa réponse, fouille ses souvenirs. Boum, boum. Le vent souffle dans vos cheveux, fais voler encore une fois ton âme d’enfant, la fais virevolter dans les airs. Ton âme libre, même si tu ne peux l’être.
« Non. »
Le mot est sec, le mot claque, et tu t’en sens presque… Déçue. Presque peinée de sa sécheresse, de son amertume. Presque triste qu’il n’ai jamais goûté à ce sentiment enivrant, à cette liberté cent fois plus intense que ce que tu vis à présent. Ce non claque dans l’air, y reste suspendu, défaite amer contre l’horizon infini qui s’étend devant vous. Et pourtant… Et pourtant, tu sens à ses doigts crispée, à sa bouche entrouverte, aux mots qu’il hésite à prononcer, mais que tu entends bien mieux que s’il les avaient hurlés que ce n’est pas fini. Qu’il ne t’abandonne pas, qu’il continue d’y croire. Qu’il reste avec toi. Et, en effet. Il finit par se lancer, mots murmurés, comme une honte, comme un pêché.
« On dit qu’on est heureux quand on se sent réel… »
Tu le regardes, droit dans ses yeux, cette fois-ci, yeux qui semblent loin, très loin dans ses pensées, ses rêves et ses frayeurs. Comme tu aimerais visiter cet endroit. Toi qui refusait de t’enfermer, toi qui rêvait de liberté, tu veux donc visiter la prison d’un autre ?
Et puis, même. Est-ce que tu te sens réelle, Ana ? Est-ce que les traces de lame que tu t’alignais sur le poignet, pour te permettre d’exister un peu plus fort ont eu un effet ? Est-ce que les cicatrices ont fait leur œuvre, t’ont aidée ?
Non.
Et pourtant, ici, et maintenant, entre ciel et terre, entre rêve et réalité, horizon et mer, tu te sens réelle. Tu te sens ultime, réalisée, et tu aimerais pouvoir envoyer cela à celui qui t’aide à rêver, entière. Tu aimerais agripper suffisamment fort ses doigts pour pénétrer la peau, la chaire, les veines, les os. Tu aimerais entrer en son âme, et lui rendre un peu de ce que tu sembles lui voler.
Tu ne te souviens plus de ce que c’était, le bonheur.
Tu ne te souviens plus de comment c’était, le bonheur.
Peut-être qu’il a raison, au fond. Peut-être que c’était ça. Peut-être que c’est ça, ce qui palpite au creux de ton ventre, dans les entrailles de ton cœur.
« Tu penses que tu pourrais m’apprendre… comment on se sent réel ? »
Sa voix est douce, et, soudain, tu as envie de lui offrir tout. Tu as envie que lui aussi sente, ressente. Que lui aussi vibre au rythme du monde, souffle au tempo de ce que tu oses à peine nommer. Au tempo du bonheur. Tu ne lui réponds pas, et une larme perle sur ta joue alors que tu te redresses, gardant vos doigts fermement enlacés. Tu as le sentiment que si ce fragile lien se brise, si ce contact ténu se rompt, alors tout sera brisé. Tout sera  brisé, et ton cœur en miettes. Et ton âme, un peu plus mort qu’elle ne l’est déjà.
Tu le forces à se lever, et, l’espace d’un instant, tu n’es plus toi, Ana Davis, Colère, Rancœur, et Haine. Tu n’es plus toi, Ana Davis, prisonnière de sentiments furieux, de la bête qui gronde sourdement ses menaces. Tu n’es plus qu’une implosion de choses trop fortes pour toi, un torrent d’émotions que tu n’avais pas ressentie depuis bien longtemps. Bien trop longtemps.
Les larmes dévalent tes joues, te mettent à nue. Le mascara dégringole, allégorie du masque que tu portes en permanence, à tel point qu’il en est devenu ton vrai toi ; celle que tu es. Oui, les pleurs coulent comme autant de ruisseaux sur tes joues, mais ce n’est pas de tristesse. C’est d’un trop plein trop intense pour ton cœur, corps.
Et vous êtes là, tous les deux. Face à face, main dans la main. Les larmes qui coulent, les yeux qui brillent. Et, à cet instant, tu es bien plus heureuse que jamais.
Oiseaux au plumage de liberté, enfants aux ailes brisés.
On m’a dit un jour, qu’un cœur se réparait. Tu veux bien réparer mon cœur ?
Répare mon cœur, répare mes ailes. Que l’on puisse s’envoler. Voler, de nouveau. Voler, ensembles.

made by lizzou
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Dim 21 Fév - 17:46



i wanna see the dirt under your skin
    Qu'est-ce que tu fous là, Dan ? Qu'est-ce que tu fous avec elle ?

    Tu serais pas amoureux, Dan ?

    Pourquoi tu réponds pas ?
    Pourquoi tu te l'avoues pas ?
    Pourquoi tu te bornes, pourquoi tu te fermes à toi-même ?

    Aurais-tu peur ?

    J'ai peur de rien. J'ai pas peur d'aimer. J'ai pas peur. Laisse moi tranquille.

    Arrête.

    Pour qui tu te prends, Dan ? T'as cru que j'allais partir ? Que j'allais te laisser tomber amoureux, que j'allais pas te torturer l'esprit ? T'as cru que j'allais accepter que tu donnes ton âme à quelqu'un d'autre qu'à moi ?
    Jamais. T'es à moi, petit con.
    Elle, elle partira, un jour. Mais moi, tu peux être sûr que je serai là. Je te serai fidèle, Dan, t'as pas à t'en faire.
    Je serai toujours là pour toi.

    A R R Ê T E !



En une fraction de seconde, le rideau s'était de nouveau ouvert sur la scène ô combien lyrique se déroulant devant tes yeux de spectateur ébahis. Ton regard restait braqué sur elle. Sur Elle. Ana. Ana prisonnière de ton esprit. Ana qui ne répond pas à ta question. Ana dont la larme dévalant la pente abrupte formée par sa joue rosée en révèle beaucoup plus que ne l'auraient fait tous les mots du monde. Ana qui se redresse, sans rompre la magie répandue autour de vos deux paumes collées l'une à l'autre. Ana. ANA. A-N-A. Ton coeur bat au rythme que crée la répétition de ces lettres, une à une. Ton coeur bat, Dan. Mieux encore, il bat d'amour. Avant, il battait de peur. Il battait de désir, de rage, de surprise. Maintenant, il bat d'amour.
D'amour et de bonheur ?
On dit que le bonheur est indescriptible, mais qu'il suffit de le ressentir pour le reconnaître ; tu n'arriverais pas à décrire ce qui se passe dans ta tête, dans ton coeur. Mais tu crois avoir reconnu le bonheur, toi aussi.

Tu te redresses à ton tour, et, au même instant, ton esprit se redresse face à la dictature du Malheur dirigeant habituellement ton empire cérébral. Tu combats enfin ce régime totalitaire, que le Malheur avait réussi à instaurer, alliant puissance et terreur. Il ne diffère en rien de ceux dont l'Histoire avait pu témoigner auparavant, excepté une chose. La seule personne sous l'emprise du régime demeurait toi. Toi.
Pourquoi t'es le seul à avoir succombé à la fureur du Malheur ?
Pourquoi t'es tout seul dans ta merde ?
Peu importe. L'armée a envoyé ses troupes, a réussi une percée. Et tu es libéré de tes chaînes maintenant, libéré de l'emprise du Malheur et de sa doctrine oppressante.
T'as l'esprit libre. Pour pas longtemps, peut-être. Car le Malheur va pas se laisser faire comme ça, qu'il va vouloir se venger. Tu le sais, tu le sens. Et puis, il te l'a dit, d'un ton qui ne suscite pas la contradiction. Et tu t'es laissé faire, t'as pas répliqué. Parce que t'es la victime, l'otage, le mec qu'on trimbale partout mais qui peut jamais l'ouvrir.

C'est fini maintenant. Maintenant tu vas l'ouvrir. Maintenant tu vas gueuler. Maintenant tu vas aimer.
T'es debout, face à elle, et tu l'aimes.
Elle pleure. Les larmes coulent à flot. Tu ne veux plus qu'elle pleure. Tu veux qu'elle sourie. Qu'elle rie. Qu'elle rie aux éclats, comme une enfant à l'abri de ce que quelque dictateur déciderait de lui imposer. À défaut de lui apporter une liberté que tu ne détiens même pas, tu veux au moins lui apporter le bonheur.
Tu poses ta main droite délicatement sur sa joue, et essuies de ton pouce l'une des nombreuses larmes s'apprêtant à rebondir sur le sol, tandis que de la main gauche tu t'agrippes à la sienne. Tu plonges tes yeux dans les siens, au fur et à mesure que vos visages se rapprochent.

Tu poses tes lèvres sur les siennes.

Et là, j'ai réalisé que je n'avais pas besoin de liberté pour vivre ; que la liberté n'était qu'un état d'esprit. Que tout ce dont j'avais besoin c'était Elle.
FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Ana Davis
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : vava de fassylover, signa by danouchou ♥
SITUATION : perdue dans son coeur. hope.
Messages : 76
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : magdalena zalejska
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: i wanna see the dirts under your skin ♦ avec dan ♥
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   Dim 21 Fév - 21:35



let it all out
ft. dan & ana


Sa main se glisse sur ta joue, essuie quelques larmes qui roulent. Les essuie toutes, sans même le savoir, d’un simple geste, caresse, du pouce. Sa main se pose sur ta joue, et tu sais ce qu’il va advenir. Cela t’es déjà arrivé, de nombreuses fois. Tes lèvres en ont connu d’autres, d’embrassades furieuses, de bouches et dents qui s’entrechoquent, envie furieuse, désir puissant et sauvage. Sa main se glisse sur ta joue, et tu sais ce qu’il va se passer. Tu l’as déjà connu, vécu, de nombreuses fois ; et pourtant, aucune.
Rien ne t’avait préparé à cela. Rien n’aurait pu.
L’explosion de sentiments qui s’échappait de par les larmes trouve maintenant un trajet plus rapide, et les lèvres qui se pressent contre les tiennes, fines, mais charnues, minces mais pleines ; de sentiments, de liberté, devienne le réceptacle de tes émotions jusqu’alors inconnues ; de ton amour.
Rien ne t’avait préparé à cela, à cette déferlante de sentiments, de toi à lui, de lui à toi. Tu te presses contre lui, plus fort, plus sauvage. Avide de lui faire goûter ce que tu lui as promis, d’un regard, d’un silence. Avide de lui faire goûter à ce sentiment que tu avais enfoui bien trop loin dans ton cœur pour t’en souvenir, mais qu’il a su déterrer, à grands coups de promesses, d’envolées et de libertés.
Et vous êtes là, comme deux fous, deux idiots. Deux gamins qui découvrent, ensembles, ce que veut dire aimer. Deux enfants qui découvrent, pour la première fois, ce que signifie sentir, ressentir. Ce que signifie vivre. Et vous êtes là, comme deux gosses, à vous regarder, yeux dans les yeux, gris dans le bleu. Doigts enlacés, lèvres collées. Et vous êtes là, comme deux bêtes sauvages que vous êtes, et qui s’apprivoisent. A ce moment, le monde aurait pu s’écrouler, le ciel infini aurait pu dégringoler, il n’y aurait rien eu, rien d’autre que les émotions qui passaient de l’un à l’autre, bien trop puissantes pour un seul de vous deux.
Les larmes ne coulent plus, à présent. Et la douleur ne bats plus au creux de tes veines. Il n’y a plus que lui, toi, et elle. Elle, la liberté. Tu avais toujours cru l’atteindre en fuyant, loin des barreaux, loin des prisons. Mais tu avais tort, et, jusqu’ici, tu ne savais pas à quel point. Tu avais toujours cru l’atteindre en t’évadant, seule face au monde. Mais ce que tu ne savais pas, c’est que seul, on n’est jamais libre. Que seul, toujours, on continue à chercher, désespéré.
Être libre, c’était ici. Être libre, c’était maintenant. Être libre, c’était à deux.
Et, à cet instant, enfermé dans l’étreinte, les sentiments, le baiser, emprisonnée dans les sentiments, tu ne t’étais jamais sentie aussi libre.

made by lizzou



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

i wanna see the dirt under your skin ۰ dana ~ terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Top Skin - Edition 4 : terminée
» [MOD] skin texture
» Winamp Skin / Skin winamp \ classique
» I know I can be what I wanna be
» Dirt 3 - Vidéo Fiat Team BREMBO par VipS Laurent - Sur neige, sa glisse ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLIZZARD :: extérieur :: forêt :: cabane-