AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 Les souvenirs appartiennent toujours au passé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ombelune Alaflor
avatar
Infirmière
Infos de baseCREDITS : ?
SITUATION : Célibataire
Messages : 44
Date d'inscription : 14/01/2016
Feat : Nathalie Dormer
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: A l'infirmerie
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Mar 19 Jan - 22:38

Une semaine. Déjà une semaine qu'elle se trouvait là... Cela lui semblait une éternité et en même temps très peu de temps. Elle n'avait pas encore trouvé tout à fait ses marques, ni rencontré les gens d'ici. Ou alors de loin. Ne s'était pas mêlée. Trop tôt.
Il faisait froid cet aprèm. Elle n'avait pas de travail, alors elle sortit faire un tour dehors. Elle s'aventura dans la cour. Elle était déserte, ou presque. Elle sortit un bonnet de sa poche. Le crâne à demi rasé et tatoué ça en jette, mais cela a aussi un inconvénient en hiver. Elle l'enfonça sur sa tête et replongea aussitôt ses mains dans ses poches, frissonnante. Il allait falloir qu'elle se trouve une activité annexe, si elle ne voulait pas devenir folle.
Ses pas la guidèrent jusqu'à des balançoires qui allaient et venaient, comme sous l'emprise de fantômes. Elle les observa, un instant, plantée là, plongée dans ses souvenirs. Elle se revit avec Marianne, sa soeur, alors qu'elles étaient bien plus jeunes. Elles n'avaient pas partagées grand chose, mais elle se souvenait de cette chaude journée d'été quand elles avaient eu le droit de jouer avec le tuyau d'arrosage avant de finir par se pousser à tour de rôle, debout sur la balançoire, chantant à tue-tête. Un sourire s'esquissa sur les lèvres de la jeune femme avant de disparaître. Cela appartenait désormais au passé, et elle ne connaitrait plus ce bonheur.
Ombe s'avança machinalement, et s'assit sur une des balançoires, les mains toujours fourrées au fond des poches, se balançant légèrement en poussant le sol de ses jambes.
Plongée dans le méandre de ses pensées et les sons absorbés par l'herbe, elle n'entendit pas quelqu'un approcher.
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Lun 25 Jan - 19:22



les souvenirs appartiennent toujours au passé
Froid. Glacé.
À l'extérieur.
À l'intérieur aussi, dans ta tête.
T'es enfermé, encerclé par des murs. Encerclé par des gens à qui tu ne parles même pas. Encerclé par des regards, qui ne prêtent même pas attention à toi. Tu fais partie du décor. Tu meubles la pièce.
Comme tout le monde ici.
Comme le froid. Le froid qui s'infiltre dans tes vêtements, et te fait frissonner.

Tu nous entends le Blizzard, tu nous entends ?

Tu entends. Tu écoutes.
Le bruit de tes pas, de tes chaussures dans l'herbe gelée. Les frottements qu'elles y exercent, laissant une marque indélébile sur le gazon tondu.
Chaque foulée, à rythme régulier. Comme une horloge.
Tic. Tac.
Tu sens chaque seconde. Chaque seconde que tu passes à ne pas être libre, et qui est pour toi gâchée.
Foutue en l'air.
Peut-être passeras-tu toute ta vie enfermé. Après tout, pourquoi te libéreraient-ils ?
Arrête-t-on les horloges ?

Tu nous entends la Honte, tu nous entends ?

T'es tout seul mec, t'es tout seul.
Qu'est-ce que l'amitié ?
Les gens en parlent positivement, souvent. Ça a l'air sympa.
Mais des fois, ils disent que ça fait souffrir. Dans ces moments-là, t'es content de ne jamais l'avoir vécue.
Tu te diriges vers une endroit qui de loin te semble vide. À pas de loup.
T'es tout seul, mais c'est exactement ce que tu veux être.

Tu nous entends la Tristesse, tu nous entends ?

Tu t'es trompé. L'endroit n'est pas libre.
Occupé par une femme, que tu n'as jamais vu.
T'as entendu dire qu'une nouvelle infirmière venait d'arriver. Peut-être était-ce elle.
Peut-être pas.
Tu continue néanmoins à t'approcher, sans l'intention de revenir sur tes pas à sa vue.
Elle a l'air d'être une jolie femme, après tout. Pourquoi refuser la compagnie d'une jolie femme ?

Tu nous entends la Mort, tu nous entends ?

Tu t'assieds sur la balançoire à coté d'elle.
Tu ne te balances pas.
Tu regardes au loin. Le brouillard rend la visibilité étroite. Peu importe.
Plus rien ne t'importe, à présent.
FICHE ET CODES PAR ILMARË


Dernière édition par Dan Swazovski le Mar 9 Fév - 16:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ombelune Alaflor
avatar
Infirmière
Infos de baseCREDITS : ?
SITUATION : Célibataire
Messages : 44
Date d'inscription : 14/01/2016
Feat : Nathalie Dormer
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: A l'infirmerie
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Sam 30 Jan - 18:16

Le silence. Toujours le silence. Ou presque. Si l'on prête assez l'oreille, on entend. Le sifflement du vent dans les arbres. Le crissement des cordes des balançoires. Le grincement des branches l'une contre l'autre. Mais aussi si on tend un peu plus l'oreille le chant d'oiseaux.
Elle fixe le vide droit devant elle, la brume s'élève doucement au dessus du sol, rampante, comme si elle voulait les engloutir, tout engloutir. C'est sans doute ce qui risquait de se passer un jour ou l'autre d'ailleurs.
Un mouvement sur sa gauche. De la vie? Ici? Elle tourne la tête légèrement, pour dévisager l'arrivant. Un jeune garçon, elle le détaille doucement. Toujours en silence. Il ne parle pas. Il ne fuit pas non plus. Leurs souffles se mêlent à la brume montante. Que faire? Que dire? Elle hésite.


- Salut.

Elle regarde de nouveau devant elle, continuant de se balancer, les mains dans les poches. Il n'est pas bien vieux. Elle essaye d'entamer la conversation.

- Je m'appelle Ombelune. Je suis l'infirmière.
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Lun 8 Fév - 18:29



les souvenirs appartiennent toujours au passé
À ton arrivée, elle tourne la tête vers toi, te dévisage. Tu le sais. Tu sens son regard posé sur toi. Tu le sens, mais tu ne parviens à saisir ce qu'il exprime.
Te lance-t-elle un regard soulagé, à l'idée d'une présence à ses côtés ?
Te lance-t-elle un regard accusateur, te reprochant d'être venu interrompre cette solitude peut-être désirée ?
Ou, enfin, te lance-t-elle un regard vide, un regard sans sentiment, un regard qui observe, qui cherche, qui constate ? Le seul moyen de t'éclairer est de tourner la tête, mais tu n'en fais rien, attendant patiemment qu'elle détoune son regard et mette fin à ce mystère.

« Salut. » déclare-t-elle. Pour te rappeler qu'elle est là, et te montrer qu'elle t'a vu, sans doute. Tu ne réponds pas, fais comme si tu ne l'avais pas entendue.
Puis elle détourne les yeux.
Tu ne sais pas où se dirige son regard mais tu sais qu'il n'est plus sur toi.

« Je m'appelle Ombelune. Je suis l'infirmière. »se présente-t-elle.

Tu n'as pas spécialement envie de parler, mais tu réponds néanmoins :
« Dan. »

Tu ne trouves pas d'étiquette à te coller, comme elle l'a si bien fait précédemment. Tu essaies néanmoins de mettre des mots sur ta situation, et continues :
« On dit que je suis ici parce que j'ai tué quelqu'un. Et on dit que je suis fou. »

Et, après quelques secondes, tu tournes la tête vers elle, braque tes yeux sur la femme dont tu remarques une partie du crâne rasé, et poursuis : « Dites-moi, est-ce folie d'avoir tenté de sauver sa peau ? Est-ce folie d'être humain ? »
FICHE ET CODES PAR ILMARË


Dernière édition par Dan Swazovski le Mar 9 Fév - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ombelune Alaflor
avatar
Infirmière
Infos de baseCREDITS : ?
SITUATION : Célibataire
Messages : 44
Date d'inscription : 14/01/2016
Feat : Nathalie Dormer
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: A l'infirmerie
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Lun 8 Fév - 21:34

Il fait froid. Tout est lugubre ici. Elle se dit que c'est normal que les gosses aient envie de se casser d'ici. Elle se souvient du cauchemar qu'elle a vécu elle aussi à leur âge. Il ne l'a regarde pas, il ne semble pas vouloir entamer la conversation. Alors pourquoi s'être assis près d'elle? Elle ne comprend pas bien. Et puis un prénom. Dan. Elle ne sourit pas, ne tourne pas la tête. Elle continue de se balancer. Lui laisse le loisir de poursuivre ou bien de laisser le silence s'installer.
Il continue.


« On dit que je suis ici parce que j'ai tué quelqu'un. Et on dit que je suis fou. »

Elle sent enfin son regard sur elle.

« Dites-moi, est-ce folie d'avoir tenté de sauver sa peau ? Est-ce folie d'être humain ? »

Il ne l'a tutoie pas, ce qui laisse sans doute présager un minimum de respect à l'adulte qu'elle est devenue.

- On dit beaucoup de choses ici. Et toi...?

Elle tourna la tête vers lui.

- Que dis-tu?

Elle le regarde, le détaille. Il n'a pas l'air d'être fou en tout cas. Cependant les fous sont ceux qu'on ne devine pas. Elle n'est pas tellement surprise par ce qu'il lui dit. Soit il a réellement tué quelqu'un, volontairement ou pour se défendre. Soit il cherche à lui faire peur.

- Ce n'est pas folie de vouloir être humain. Je ne pense pas. On cherche tous à l'être. A se sentir vivant...

Ses derniers mots se perdent dans le silence et elle pense à son passé. Elle se souvient de quand elle passait son temps dans les boîtes de nuit à draguer hommes et femmes, juste pour se sentir vivante. Elle se souvient aussi de la drogue qu'elle prenait. Son regard erre sur la brume qui flotte toujours autour d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Mar 9 Fév - 12:09



les souvenirs appartiennent toujours au passé
Un silence s'installe quelques secondes après que tu as posé ta question. Peut-être réfléchit-elle. Afin de répondre de manière sensée ; acte bien difficile, dans une situation aussi insensée. Dans un lieu aussi insensé, dans lequel on ose retirer leur liberté à des êtres humains, car on les a décrété fous. Car on a décidé qu'ils n'avaient pas le droit de vivre, eux aussi. Était-ce par jalousie ? Par peur ? peur qu'ils retournent le monde, peur qu'ils fassent mieux que les simples hommes et femmes endoctrinés pour se contenter d'un semblant de liberté. De peur que ces jeunes, déclarés fous, aient raison ?

« On dit beaucoup de choses ici. Et toi...? », répond-t-elle à ton étiquette. Elle tourne la tête vers toi, et poursuit : « Que dis-tu ? »

Que dis-tu, Dan ? Tu penses beaucoup, tu parles peu.
Ont-ils raison ? Non. Non. Tu ne sais pas si tu as raison, mais tu sais que eux, ils ont tort. Qu'on ne devrait pas enfermer des hommes pour qu'ils vivent mieux. Qu'on devrait au contraire les libérer.

« Pas grand chose. J'écoute bien plus que je ne dis. » déclares-tu. Tu restes vague, car tu sais que c'est une infirmière et que tout ce que tu dis pourrait se retourner contre toi. Et tu ne sais pas si la jeune femme est de ton côté, ou du leur.

« Ce n'est pas folie de vouloir être humain. Je ne pense pas. On cherche tous à l'être. A se sentir vivant... », assure-t-elle enfin.

Se sentir vivant.
Tu savais ce que c'était, avant, la vie. Respirer. Agir. Agir dans sa propre histoire, la contrôler. Prendre les choses en main, afin de vivre exactement comme tu le désires.
Tu remarques alors que l'infirmière semble avoir un mode de pensée différent des autres d'ici. Du moins, elle a un discours différent. Elle ne te contredit pas. Elle approuve, même. Fait-elle semblant d'être de ton bord, pour mieux te ramener du sien ? Tu restes ainsi méfiant. Tu lui réponds néanmoins, car tu aimes lui parler, même si tu sais le risque que chacune de ses paroles soit mensonge.

« On n'y parvient jamais vraiment, n'est-ce pas ? À être vivant... »
FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Ombelune Alaflor
avatar
Infirmière
Infos de baseCREDITS : ?
SITUATION : Célibataire
Messages : 44
Date d'inscription : 14/01/2016
Feat : Nathalie Dormer
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: A l'infirmerie
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Mar 9 Fév - 19:59

Elle attend sa réponse, continuant de se balancer sur la balançoire. Elle se rend compte que les souvenirs ça fait mal. Elle n'est pas si différente d'eux. Tout aussi enfermée. Elle fouille ses poches. Elle ne touche plus à la drogue, mais elle se drogue encore. D'autres façons. Elle finit par dénicher son paquet de clopes dans la poche intérieure de sa veste. Dieu que ça caille. Elle referme rapidement sa veste en frissonnant.

« Pas grand chose. J'écoute bien plus que je ne dis. »

En effet.. Il a l'air de ne pas être un grand bavard. Elle lui tend le paquet, même si elle sait que c'est du poison. De toute façon, si elle ne lui propose pas, elle se voit mal, fumer à côté et le sermonner parce qu'il le ferait en se cachant et qu'il s'abime les poumons. Déjà qu'on leur retire leur liberté, alors si en plus on leur retire leur bouffée de vie... Elle se cale une clope au coin des lèvres, et cherche à présent son briquet. Elle est en manque. Alors dès qu'elle est allumée, elle en tire une bonne bouffée qui l'apaise. Elle se sent plus calme.

« On n'y parvient jamais vraiment, n'est-ce pas ? À être vivant... »

Son regard dérive. Son esprit cogite. Etre vivant... C'est quoi déjà? C'est si différent de l'un à l'autre.

- On est vivant quand notre mère nous met au monde. Après... Après j'imagine que le monde nous pollue et là... C'est mort...

Elle se lève, les traits un peu durcis.

- Ca sert à quoi de se mentir?

Son regard se pose sur le jeune homme, face à lui, tirant sur sa clope.

- Qu'est-ce qui te fait te sentir vivant toi? Qu'est-ce qui te donne cette petite lueur d'espoir? Ce bien-être qui t'apaise et te réconforte? Tu sais... Parfois ce qui te rend vivant, te tue aussi. Alors il faut parfois faire des concessions.

Elle se tait. Elle se demande ce qu'elle lui raconte. Voilà qu'elle se laisse embringuée dans des explications idiotes et prêt même dans des mauvaises idées pour lui. Elle secoue légèrement la tête et jette son mégot au sol, qu'elle écrase avec la pointe de sa botte. Se sentir vivant...
Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Mer 10 Fév - 13:18



les souvenirs appartiennent toujours au passé
Tu remarques qu'elle sort quelque chose de sa poche. Tu ne parviens à discerner qu'une forme rectangulaire, au début. Puis, tu la vois sortir un objet cilindrique de ce dernier. Des clopes. Une infirmière qui fume ? La situation te paraît alors démesurément drôle. Pourquoi diable quelqu'un dont le métier consiste à vous prévenir de diverses maladies détruirait-il sa santé par des cigarettes ? preuve de la crédibilité du personnel de praesidium. Tu émets alors un léger rire. Tu ne voulais pas te moquer, mais tu riais, parce que, au fond, la situation te semblait beaucoup trop grotesque pour que tu ne le fasses pas.

Tu lui pardonnes néanmoins lorsqu'elle t'en tends une, et la remercies même d'un signe de tête. Tu sors ton feu, que tu gardes précieusement dans l'une des poches de ta veste en jean, et embrases l'arme à tuer calée entre tes lèvres. Tu sais que c'est mauvais pour toi, pour vous. Mais ça l'est toujours moins que de passer sa vie tel un animal en cage, que l'on juge trop dangereux et que l'on sort que les soirs de spectacle. Ils se font bien rares, cependant.

« On est vivant quand notre mère nous met au monde. Après... Après j'imagine que le monde nous pollue et là... C'est mort... »

L'infirmière avait mis le doigt sur le véritable problème : le seul moment de notre piètre existence où l'on peut se vanter d'être en vie, on ne s'en souvient pas. Aucun souvenir avant nos quatre ans, que les médecins disent. Ça semble vrai ; mais c'est dommage. Tout ce dont on est foutu de se rappeler, c'est de notre existence corrompue, par eux.

Elle se lève, puis poursuit : « Ca sert à quoi de se mentir ? »

À rien.
De même que ça ne sert à rien de chercher à être vivant. Pourtant, tout le monde le fait.
L'humanité semble décidément condamnée à l'inutilité.

« Qu'est-ce qui te fait te sentir vivant toi ? Qu'est-ce qui te donne cette petite lueur d'espoir ? Ce bien-être qui t'apaise et te réconforte ? Tu sais... Parfois ce qui te rend vivant, te tue aussi. Alors il faut parfois faire des concessions. »

Qu'est ce qui te fait sentir vivant, Dan ?
Quelles concessions vont avec ?
Tu détruis. Tu détruis ta vie et celle des autres. Tu détruis pour acquérir l'impression de laisser ta trace, quelque part.
D'avoir fait quelque chose.

« Parfois, la came, déclares-tu calmement. Raccourcir ma vie pour avoir l'impression de la vivre, ça me branche pas mal. Et sinon... sinon je frappe. Souvent, c'est des trucs que je tape, comme des objets, des murs. Mais un jour, j'ai frappé un être humain. Et, maintenant, je suis ici. »

Tu te confies à elle comme si, depuis l'instant même où elle avait partagé une cigarette avec toi, elle avait cessé d'être une infirmière. Comme si elle était à présent ta complice. Qu'elle était là pour toi, pour t'aider à te sentir mieux.

« Et vous ? »
FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Ombelune Alaflor
avatar
Infirmière
Infos de baseCREDITS : ?
SITUATION : Célibataire
Messages : 44
Date d'inscription : 14/01/2016
Feat : Nathalie Dormer
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: A l'infirmerie
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Mer 10 Fév - 14:08

Quand elle a sorti sa "drogue" il s'est mis à rire. Elle ne dit rien, à peine un sourire qui étire le coin de ses lèvres. Elle connaît tout de l'ironie de la chose. Mais qui a dit que l'être humain était parfait? Bien entendu, il a accepté sa dose mortelle, comme les autres. Elle tire sur la sienne en silence. Petit à petit il semble se décoincer. Ce n'est pas infirmière que tu aurais du faire ma belle, mais psy... Elle a un sourire intérieur, mais ne le montre pas. On leur donne une nouvelle chance, mais il ne faut pas se voiler la face. Même dans cette deuxième chance ils sont contrôler et surveiller. Ils ont merdé avant, alors on leur trouve des jobs pas trop compliqué. Ce n'est pas eux qui deviendront médecin, avocat ou juge. Ça non...
Elle l'écoute et elle se demande s'il y a une salle de sport quelque part. Tiens... Il faudra qu'elle cherche ça. A l'époque ça lui faisait du bien. Soulager sa rage en tapant dans le sac. Elle le comprend. La blonde enfonce de nouveau ses mains au fond de ses poches. Elle n'a jamais eu autant froid. Elle regrette ces moments où il lui suffisait de se coller contre un mec pour se sentir mieux.


- La came...

Elle pose son regard clair sur lui.

- Y a toutes sortes de cames... Plus ou moins fortes...


Elle lui montre la clope du menton.

- Ça en c'est ça... et ça te pourrit de l'intérieur.. Pas besoin de te faire un dessin, j'imagine...


Elle lève ses yeux vers le ciel, aussi gris que leurs pensées.

- On remplace une drogue par une autre. Une dépendance par une autre. Ça nous bouffe de l'intérieur et quand le manque se fait ressentir, on ne contrôle plus rien... On devient fou... On cherche jusqu'à trouver...
C'est ça qu'tu veux?


Une pause, changement de sujet. Elle n'est pas douée pour leur faire la morale, surtout en étant autant en manque qu'eux. Elle a comprit au fil du temps que la drogue est souvent là pour combler un manque, un vide, un besoin affectif, de tendresse, d'attention...

- Tu sais que y a des trucs qui sont fait pour taper dedans? Au lieu de taper comme un con dans un mur? S'tu veux, je te montrerai...

Elle ne s'arrête pas sur sa confession. On a tous eut envie de frapper quelqu'un un jour. Parfois on va au bout. Elle se demande s'il l'a tué. Pourquoi il a fait ça. Mais elle garde ses questions. Elle déraille. Elle déborde de son boulot. D'un autre côté, elle préfère ça, plutôt que de soigner des mains aux doigts cassés. Ou pire...
Elle lui fait signe de la suivre, s'il le veut. Elle a froid, faut qu'elle bouge. Elle ne s'occupe pas de savoir s'il suit ou pas et poursuit leur échange, en monologue. Elle a comprit qu'ici c'était donnant-donnant. Ils se confient, bah toi aussi, faut leur donner un os à ronger. Alors elle se confie à son tour.


- Tu l'a bien vu. Je ne suis pas parfaite. J'ai besoin de mes clopes pour tenir le coup. Et ce qui me fait tenir debout pour l'instant c'est ma soeur. Elle m'a aidé à avancer.. A faire de moi une femme. Et pas juste un corps dans un cercueil.

Revenir en haut Aller en bas
Dan Swazovski
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : /
SITUATION : célibataire
OCCUPATION : chanter, écrire
Messages : 95
Date d'inscription : 03/01/2016
Feat : Troye Sivan
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Forêt -> Ana ; Cour -> Ombelune, Louve ;
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Jeu 11 Fév - 17:16



les souvenirs appartiennent toujours au passé
« La came... Ya toutes sortes de cames... Plus ou moins fortes... Ça en est ça... et ça te pourrit de l'intérieur.. Pas besoin de te faire un dessin, j'imagine.... »

Puis, elle lève les yeux aux ciel, et continue.

« On remplace une drogue par une autre. Une dépendance par une autre. Ça nous bouffe de l'intérieur et quand le manque se fait ressentir, on ne contrôle plus rien... On devient fou... On cherche jusqu'à trouver... C'est ça qu'tu veux? »

Tu es plus ou moins d'accord avec elle. Sur le fait qu'on remplace toujours une drogue par un autre. Mais tu ajouterais quelque chose ; les dépendances de se remplacent pas nécessairement. Parfois, elles s'accumulent tout simplement.
Toi, tu es dépendant à la clope.
Et tu es dépendant aux mots. À leur mélodie. Et à leur signification.
Tu es de ceux qui accordent beaucoup trop d'importance aux mots, et aux nuances, les pensant plus importantes que l'idée elle-même.
Accablé. Navré. Bouleversé. Déprimé. Affligé. Nostalgique. Malheureux.
Le sentiment est le même : de la tristesse. Tant de mots, tant de nuances, pour un seul sentiment. Voilà ce à quoi tu es dépendant.

Tu trouves néanmoins cela un peu déplacé, qu'elle te fasse la morale à propos de quelque chose qu'elle t'a poussé à faire quelques minutes auparavant. Et qu'elle fait elle-même régulièrement, devines-tu.
Alors, tu ne dis rien, et te contentes de hausser les épaules, parce qu'après tout tu n'es pas un grand bavard et que tu te doutes qu'elle a compris qu'elle était aussi dépendante que toi. Et qu'elle ne semble pas être une idiote.

« Tu sais que y a des trucs qui sont fait pour taper dedans ? Au lieu de taper comme un con dans un mur ? S'tu veux, je te montrerai... »

Tu le sais. Tu le sais, mais c'est impossible. Car quand ça te prend, quand tu dois taper, tu ne peux pas te retenir. Tu frappes. Sur ce qui a eu le malheur de se trouver autour de toi. Et puis, tu as besoin de détruire. Taper dans un sac ne détruirait rien d'autre que tes mains.

Tu gardes cependant à l'esprit que tu parles à une infirmière, et acquiesces : « Oui, pourquoi pas. »

Et puis, sans prévenir, elle se lève, te fait signe de la suivre. Tu mets quelques instants à te lever, puis te décides finalement à la suivre, sans pour autant savoir où elle t'emmène. Elle continue cependant votre discussion, comme si rien n'avait changé.

« Tu l'as bien vu. Je ne suis pas parfaite. J'ai besoin de mes clopes pour tenir le coup. Et ce qui me fait tenir debout pour l'instant c'est ma soeur. Elle m'a aidé à avancer.. A faire de moi une femme. Et pas juste un corps dans un cercueil. »

Sa soeur.
Tu es dépourvu de toute notion de famille. Tu sais pas c'que c'est, t'as jamais connu. Ou t'étais trop jeune pour t'en rappeler.
T'as jamais eu personne pour t'aider à avancer. Pour faire de toi un homme, un Homme, un vrai. Tu t'es toujours débrouillé tout seul.

« Vous avez de la chance... d'avoir quelqu'un sur qui compter. », déclares-tu simplement.

Et tu tires une dernière fois sur ta clope, puis la jettes sur le sol et de l'écrases comme tu écraserais ta mal-être si tu le pouvais.

FICHE ET CODES PAR ILMARË
Revenir en haut Aller en bas
Ombelune Alaflor
avatar
Infirmière
Infos de baseCREDITS : ?
SITUATION : Célibataire
Messages : 44
Date d'inscription : 14/01/2016
Feat : Nathalie Dormer
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: A l'infirmerie
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   Sam 13 Fév - 17:10

Elle marche, se glissant entre les arbres qui ponctuent le parc. De la fumée sort de leurs bouches. Il semble d'accord à l'idée de taper dans le sac, mais est-ce un réel désir? Elle ne sait pas.

« Vous avez de la chance... d'avoir quelqu'un sur qui compter. »

Elle ne sait pas si elle a de la chance, Marianne n'est pas là avec elle. Elle l'accompagne de loin. Elle hausse les épaules.

- Toi aussi tu peux avoir des gens. Ici... Je sais... Ca paraît bizarre de dire ça...

Il a jeté son mégot au sol à son tour.

- Tu es là depuis combien de temps?

Leur errance les mène aux abords du centre. Une neige légère commence à tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: Les souvenirs appartiennent toujours au passé.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les souvenirs appartiennent toujours au passé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Souvenirs du passé
» Boulet un jour, boulet toujours ? :O
» toujours pas mon mail de confirmation
» retour vers le passé!
» En Pointe Toujours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLIZZARD :: entre les murs :: cour :: balançoires-