AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 du ciel tombe des cordes, faut-il y grimper ou s'y pendre ? (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Allie James
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : @blasphemy
SITUATION : innocente solitaire
OCCUPATION : musique, lecture
Messages : 10
Date d'inscription : 11/02/2016
Feat : hanna wahmer
Fiche RPG

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: du ciel tombe des cordes, faut-il y grimper ou s'y pendre ? (libre)   Sam 13 Fév - 8:32

    Elle est minuscule Allie, recroquevillée dans un coin de la cellule. Elle est minuscule, avec son corps fatigué, courbé dans l'angle du mur de béton froid. Face à elle se dessine la seule ouverture sur le monde qu'on lui laisse voir depuis qu'on l'a enfermé ici, elle, l'enfant qu'on se persuade d'être une bête féroce, la poupée dans les yeux de qui certains, pas tous, voient grandir un feu brûlant de colère. Pourtant Allie n'est pas en colère. Ses bras autour de ses jambes, elle respire fort pour apaiser ce tremblement qui la prend lorsqu'elle croit voir la pièce se refermer sur elle. Le médecin dit que c'est normal, il dit que les images sont nécessaires. Alors elle le croit Allie, tout comme elle croit le juge qui lui a murmuré avant de la laisser qu'il faisait ça pour son bien. Pourtant au début Allie, lorsqu'on l'a enfermé dans la pièce minuscule, elle a hurlé tant qu'elle pouvait, elle a frappé tant qu'elle pouvait contre l'épaisse porte qui la privait de liberté, et finalement, elle s'est effondrée en pleurant, fatigué de se battre se battre contre des fantômes. Elle a détesté l'espace exiguë de la pièce, elle a détesté le manque de lumière. Mais Allie n'a plus rien dit. Dans un coin où on ne pouvait pas l'atteindre, elle a chercher à se protéger de ce qui pourrait lui faire du mal, sans réaliser que le pire était encore dans sa tête. Elle a refusé de toucher à la nourriture qu'on lui donnait, et la première nuit, elle s'est empêché de dormir pour se protéger des ombres. Mais personne n'est venu, et la nuit suivante, Allie s'est endormie comme une enfant sur le sol dur.

    « Allez lève toi. » Depuis l'autre bout de la pièce, elle pose sur l'homme qui vient d'ouvrir la porte un regard presque aussi vide que son estomac qui gronde. Allie, elle ne sait plus depuis combien de temps elle se tient là, elle ne sait plus non plus depuis combien de temps on ne lui a pas adressé la parole. Elle le regarde, ne parle pas. « Allez viens je te dis, la quarantaine est terminée, tu vas pouvoir rejoindre les autres. » Les autres ? Allie incline légèrement la tête alors que ses sourcils se froncent, son corps prisonnier du sol, ses jambes incapables de la relever. Dans sa tête il y a cette voix qui lui dit de ne pas sortir d'ici. Et puis, il y a la lumière qui attire inlassablement son regard et lui laisse croire qu'elle sera mieux dehors. Alors quand l'homme en uniforme tend la main vers elle pour l'aider, Allie elle s'empresse de se relever seule. Allie c'est pas quelqu'un de mauvais, juste quelqu'un de perdu. Alors elle se glisse dans les pas de l'homme qui s'éloigne en soupirant. Le couloir est immense, et ses pas raisonnent dans sa tête. Autour d'eux, des portes qui ressemblent à s'y méprendre a celle qui gardait sa cellule. Du bois, des barreaux, peu de lumière. De l'intérieur s'échappent de drôle de bruit. Le silence le plus souvent, mais aussi des souffles roques, des cris de détresse, des grognements torturés. Devant elle Allie croise les bras pour se protéger de la douleur qui s’accroît à mesure qu'elle s'éloigne du cachot qui la gardait prisonnière depuis son arrivée. Son père quand elle était gamine lui peignait un enfer qui ressemblait étrangement à cet endroit.

    Pourtant, lorsque l'homme la laisse seule, c'est pour lui laisser découvrir une petite cour dans laquelle errent quelques âmes vagabondes. Personne ne cri, personne ne semble avoir mal. Allie s'avance, frotte ses yeux alors que la lumière la brûle. Allie c'est pas quelqu'un de mauvais, seulement une fille perdue. Alors elle s'avance, frotte à nouveau ses yeux avant de venir bousculer une ombre. « Je suis désolée » qu'elle murmure avant de se retourner vers l'âme qui à la chaleur de sa peau ne peut qu'être vivante. Sois courageuse Allie.
Revenir en haut Aller en bas
 

du ciel tombe des cordes, faut-il y grimper ou s'y pendre ? (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» du ciel tombe des cordes, faut-il y grimper ou s'y pendre ? (libre)
» [Descendre 640] Quand on y pense, les cadeaux tombent tous du ciel
» [Résolu] perce ciel d' alatreon
» Tickets->écailles ciel?
» il faut sauver le soldat ryan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLIZZARD :: entre les murs :: cour-