AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 étoiles filantes à la folie. (saul)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naïa Keynes
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : bazzart
SITUATION : pantin de ses folies
OCCUPATION : divaguer en quête de vérité
Messages : 652
Date d'inscription : 15/10/2014
Feat : lindsay hansen
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Pouêt
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: étoiles filantes à la folie. (saul)   Mer 17 Fév - 18:13

étoiles filantes à la folie.





    je rêve de planer, un peu, beaucoup, entre les étoiles, les planètes, les univers, tel une comète insaisissable traversant les galaxies.
    c'est ce qu'elle se dit, la gamine au cœur brûlé, ne pouvant plus endurer les amères vérités d'un monde déchu. elle se dit du bout de ses lèvres bleutés, qu'elle ne peut plus vivre sans rêver d'étoiles filantes, qu'elle ne peut plus prétendre à l'existence sans soulager son âme blessée.
    qu'elle ne peut plus, tout simplement.
    qu'elle n'est qu'humaine, et que putain, elle n'en veut plus de cette humanité, de ces images permanentes cognant contre ses tempes, de cette réalité que personne ne sera là pour la pleurer lorsqu'elle crèvera sur le bas-côté, étouffée par ses propres regrets.
    le regret d'avoir dévaler la pente sans s'arrêter, encore, toujours, chute infinie se répercutant dans l'oubli de ses pensées.
    il y a de ces jours où naïa s'éveille soleil, pensant réellement que cette journée sera différente, qu'elle pourra la vivre jusqu'au bout cette journée, sans rêver d'étoiles filantes.
    mais, il y a aussi de ces jours où elle n'y croit pas, de ces jours où elle en rêve dès son réveil, dès que ses yeux océans se sont entrouverts sur l'atroce lumière d'un monde tornade.
    aujourd'hui est une journée aux doubles visages, tranchantes émotions, où elle s'est dit qu'elle pouvait vivre sans, mais a réalisé trop tard qu'elle ne le pouvait pas. parce que aujourd’hui comme tous les autres jours mirages, elle a ressenti le poids des larmes peser sur son corps transis par l'insondable émotion de n'être que faiblesse. d'être uniquement et fatalement destiné à cet état de demi-conscience d'elle-même. dans le fond, il ne lui reste plus que ça,
    plus que les étoiles filantes vagabondant sous ses iris.
    elle en entrevoit de toutes les teintes, océan de couleurs artificielles.

    face à ce mur irisé par la haine des uns, la peine des autres, les espoirs des plus fous, elle se sent soudainement si seule.
    elle se sent telle une fleur maudite née en plein désert, hurlement des profondeurs si solitaire. elle se sent plus que tout, si vulnérable, trop vulnérable. elle ne cesse de ressentir la lourdeur des souvenirs, ses mains contre sa peau, la brûlant lamentablement sur chaque pore de sa chair sauvagement malmenée.
    personne à des millions d'années lumières pour la consoler, lui faire oublier ses douleurs ancrés à l'encre rouge sur son corps de poupée brisée.
    personne pour contempler ces perles de souffrance pendues lamentablement dans le recoin de ses yeux éteints, si ce n'est de temps à autres, la vive lueur illusoire d'un éclat lumineux l'ébranlant subitement.
    alors, dans l'aube du matin, celle qui se proclame l'intouchable se défait de son masque de dureté pour s'abandonner à la douleur d'une enfant ayant perdue son innocence bien trop tôt.
    elle songe aux vies qui s'entremêlent,
    elle songe à sa solitude accablante, cette fatalité qu'il ne lui reste plus personne en ce monde pensant à elle d'un amour infini, comme une mère songerait à son enfant en une nuit froide. hormis le juge songeant à elle le temps d'un instant en tombant sur son dossier pitoyablement bâclé, ou un orphelin se souvenant subitement de la jeune fille au regard ténèbres,
    qui osera penser à elle en ressentant les folies d'une passion sauvage ?
    de ses mains fébriles, elle écrit à l'encre noir sur ce mur d'émotions, support de milles et unes déraisons, ce besoin inlassable compensant cette solitude éternelle :

    étoiles filantes à la folie.

    seule trace de son passage sur terre.


_________________
she was drowning,
but nobody saw her struggle.

Revenir en haut Aller en bas
Saul Verveine
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : coca-cola (bazzart)
SITUATION : Le solitaire humain... l'amour a défoncé sa porte et à endommager l'interieur.
OCCUPATION : Jouer la comédie, répondre à ces caprices... à ces roses sans odeurs.
ARRIVEE A PRAESIDIUM : 19/03/2000

Messages : 13
Date d'inscription : 09/02/2016
Feat : Jack O'Connell
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours:
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: étoiles filantes à la folie. (saul)   Jeu 25 Fév - 0:02


Il y a une beauté pure a contempler cette voute constellée de pierres précieuses.
Elles scintillent dans l'obsucrité.
Pourquoi ne peut-il pas les atteindre à bras levé pour les caresser?
Rêves, rêves de s'en aller danser avec elles ...
De cesser de les contempler.
Il se lève pour avancer dans cette lancée, pour toucher les astres, les comètes, les planètes, les étoiles.
Nous sommes des infortunés, qui sommes voués à admirer ce lustre embrassant notre Terre remplie d'êtres aux utopies passagères.
L'univers nous échappe, il place à l'ombre une de ses faces apparaissant somptueuse du côté où notre étoile nous envoie ses rayons.
Le garçon hypnotisé aspire à traverser la limite de la réalité pour épouser l'imaginaire, ce beau tableau où il projette ses phantasmes illusoires.
Comme dans un musée, celui-ci est protégé par une vitre dans le but d'empêcher les mains curieuses de le toucher, de l'abîmer.
Les pigments ne doivent pas perdre leur saveurs d'Autan pourtant le temps est là.
Il passe à vive allure ou lentement.
Il nous rend patient ou impatient.
Notre corps se forment, nos pensées s'aiguisent et détériorent à jamais nos anciennes convictions. Ceux-ci pour les réparer rajoutent une nouvelle couche et ainsi de suite.
Nous sommes les bourreaux de nos propres chimères.
Nous sommes trop imbéciles pour briser la glace et accéder enfin à notre félicité intacte malgré les fissures causées par les débris de verres.
Nous sommes trop inconscients et pas assez attentifs pour décrocher les étoiles filantes.

Un mur en béton, une bête enchaînée criant l'envie de délivrance, de libération.
Lieu d'évasion et d'abandon.
Alors dans le besoin de délier ces propos de son esprit soûl comme des milliers d'autres avant lui.
De sa main tremblante, il inscrit :

Je suis le spectateur de ma propre vie
J'ai laisser les autres prendre mon destin en main
Interpréter ma pièce
Leur jeux d'acteur était lamentable
Je ne les ai pas dirigé, je suis un incapable
Je n'ai pas agit
Je suis le spectateur de ma propre vie
La chance de monter sur scène n'est plus
J'ai attendu qu'une étoile descende du ciel pour m'élever vers le Très-haut.
Elle n'est jamais venue.
Revenir en haut Aller en bas
 

étoiles filantes à la folie. (saul)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Blog] Une petite graine de folie (enfin, un arbuste)
» Bordeaux 2010 - Un autre millésime de folie à nos portes ?
» Les étoiles
» Un horizon peuplé d'étoiles scintillantes.
» Un ciel remplis d'étoiles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLIZZARD :: entre les murs :: cour :: mur à tags-