AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM

Partagez | 
 

 et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin. (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naïa Keynes
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : bazzart
SITUATION : pantin de ses folies
OCCUPATION : divaguer en quête de vérité
Messages : 652
Date d'inscription : 15/10/2014
Feat : lindsay hansen
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Pouêt
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin. (libre)   Jeu 4 Fév - 21:55

et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin.



    le ciel l'éclaire de sa pâleur translucide, fantomatique, doux halo s'emparant des traits de son visage, jouant entre les imperfections de sa peau blafarde.
    comme nue, son cœur s'emporte d'un sentiment de rougeur, intimidé par cette soudaine vulnérabilité. sous les projecteurs des cieux, l'enfant sauvage est tel un oiseau dépourvue de ses plumes, seule carapace le protégeant des douleurs du monde. naïa, l'enfant soleil rougissant comme l'aube du matin, marchant calmement entre les dédales glacées d'un univers parallèle, pourtant si proche, glissant sur sa peau de marbre lors de chaque seconde s'écoulant doucereusement. elle rêvait du grand air, de la fraîcheur du vent éclipsant les émotions dérisoires collées à sa peau, ancrées dans sa chair. elle rêvait de liberté, ce mot chandelle illusoire pour chaque âme vivant au sein de cet immense bâtiment d'un gris terne et morbide, se dessinant au loin, dans l'horizon fuyard. pour la première fois depuis tant de temps (secondes ? minutes ? jours ? mois ?), la gamine au cœur brisé s'échappe de sa prison doré en un soupir givré. au creux de sa poitrine, brûle la peur d'être retrouvée. elle ne s'éclipse de sa cage seulement le temps de quelques instants, précieux moments.
    assez de temps pour pouvoir distinguer la chaleur du soleil jouant de son regard évadé, la délicatesse des fleurs en éclos, l'euphorie de la nature en éveil sous ses pas de fée. elle ne sait pas vraiment, pourquoi, elle est ici, à contempler les envolées des oiseaux quittant la terre ferme pour frôler les étoiles, de leurs ailes immaculées. un jour, peut-être, elle aussi, elle s'envolera entre les voûtes célestes pour toucher les vois lactées. dès que son cœur aura cessé de gémir de cette voix criarde, la voix de la vie paraît-il. à ses yeux, il s'agirait plus de la voix des souffrances.
    ses souffrances.
    ces milles morceaux de verres incrustées dans son être, comme pour lui rappeler chaque jour qui elle est et ce dont elle rêve, cette mort aux crocs acérés flamboyants sous les éclats de la lune acerbe, belle et majestueuse, se glissant entre les ruelles de l'existence pour y déposer quelques poisons d'infortunes.
    naïa, elle y a goûté, au plaisir mortel. et à présent, elle ne rêve plus que le partager,
    à lui,
    lui,
    lui,
    lui,
    cet être qui tambourine entre les parois de sa tête, encore et toujours, la rendant sourde aux beautés de l'âme humaine. son visage hante le moindre de ses souvenirs, vague ombre au reflet incertain miroitant au creux de ses yeux océans, emplis de rage, emplis de haine.
    parce que l'enfant n'est plus seulement innocente, mais aussi féroce qu'un lion enfermé. dans le fond, n'est-elle plus que le reste abîmé d'une prétendue âme expirant son ultime souffle argenté.
    n'est-elle plus qu'un corps laissé sur le bas-côté, attendant son triste sort d'un regard prononcé.
    n'est-elle plus qu'une dépouille pleine de hargne, pleine de force, rêvant de sang et de mort,
    sublime faucheuse se découpant dans le crépuscule du soir.
    le froid ondule sur sa peau glacé, comme un appel à la réalité, alors qu'elle prend conscience de cette étendue de marbre lui faisant face. reliques oubliées dans le creux verdoyant de la nature délaissée. toutes ces tombes se succédant, toutes ces lueurs éteintes enterrées vulgairement dans le lointain de l'oubli, à l'abri des regards et des consciences, pour que jamais l'être humain ne puisse se rappeler que la vie n'est
    qu’éphémère.
    autant que l'est la joie, autant que l'est l'innocence, autant que l'est le monde, autant qu'elle l'est elle.
    elle, lui, toi, nous, ils vont tous crever la bouche ouverte avec pour dernier mot prononcé une banalité qui se verra détourné par quelques fourche-langues souhaitant t'idolâtrer pour ce que tu n'es pas.
    naïa, elle sait que sous peu, elle se retrouvera entre tous ces fantômes, le cœur brûlé, mais munie d'un sourire de vérité peignant son visage de poupée. ce sourire hurlant, je l'ai réalisé, ce souhait prohibé dévorant ses pensées. le simple souhait de voir son nom sur l'une de ces dalles, abandonné par tous, et plus que tout, abandonné par la vie. alors, de ses mains pâles, la môme désireuse de revanche saisit ce stylo soigneusement confiné dans l'une de ses poches. elle se penche délicatement sur l'une des pierres tombales, et y écrit simplement son nom, onctueusement, enveloppant chaque lettre d'une promesse de vérité.
    u n  j o u r, naïa l'achèvera de ses mains et l'enterra d'elle-même dans les abysses de cette demi-clarté factice.

    et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin.   

Spoiler:
 

_________________
she was drowning,
but nobody saw her struggle.

Revenir en haut Aller en bas
Auguste Chevalier
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : Bazzard
SITUATION : Connard
Messages : 23
Date d'inscription : 04/02/2016
Feat : Harry Uzoka
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: ft Naïa // ft Duncan
• Relations: Louve : Plus fort que moi je te veux dans mes bras -- Naïa : Parfois en manque avec toi parfois mieux sans toi
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin. (libre)   Mar 9 Fév - 17:33

et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin.



    Cœur à vif, nerf qui bat. S’échapper, s’enfuir. Peau ébène qui frissonne. C’était une petite envie au début. Juste un bourgeon dans son ventre. Un frémissement d’envie.
    Mais la fleur a fleuri en quelques heures.
    Son ventre s’est contracté pour étouffer cette fleur. Les racines ont envahi les jambes, se sont entremêlées dans les muscles saillants pour immobiliser le garçon chocolat. Mais il faut sortir. Prendre l’air. Sortir de cette chambre humide. Ramper s’il le faut.

    Un poison coule dans ses veines. Mais peu à peu il disparait. Et la fleur demande son engrais. Elle en veut toujours plus, elle lance ses racines dans les jambes d’auguste et ses lianes amères viennent autour de son cou. Suffoquer. Respirer. Sortir.

    Chancelant il s’élance. Auguste voit trouble. Il se cogne Se relève. Il faut sortir. Il ne faut pas qu’on le trouve dans cet état-là. Le manque est trop fort. Les vivants bougent trop pour son cœur en manque. Ils lui donnent le mal de mer. Le prince noir a besoin de calme. De fraicheur. De mourir.

    Ses pas incertains le mènent hors de l’horrible bâtiment gris. Une grande bouffée d’air frais le ramène à la réalité. Sa peau est couverte de transpiration, il a chaud. Puis froid. Puis chaud. Puis toi.

    Est-ce le silence des morts qui l’attirèrent ici ? Les tombes blanches brillent. Elles sont froides. Elles sont amères. Auguste tremble. Il est seul. Il peut quitter ce masque. Laisser libre court à son manque. Le laisser jaillir hors de sa peau ébène. Il peut crever la bouche ouverte personne ne le verra. Le beau prince du Sud s’effondre et tremble. Sur une pierre tombale il tressaute, il suffoque.

    Il laisse la pierre le prendre dans ses bras froid. Oubli toi. Oubli moi.


     

Revenir en haut Aller en bas
Naïa Keynes
avatar
Pensionnaire
Infos de baseCREDITS : bazzart
SITUATION : pantin de ses folies
OCCUPATION : divaguer en quête de vérité
Messages : 652
Date d'inscription : 15/10/2014
Feat : lindsay hansen
Fiche RPG
FICHE RPG
• RP en cours: Pouêt
• Relations:
• Dortoir:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin. (libre)   Mer 10 Fév - 0:10

et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin.



    fleur sauvage perdue entre les déraisons d'un univers impitoyable, mélange délicat de blanc, de rouge, de vie, de mort. elle incarne un tout, un rien, une idée exquise se déposant à la surface du monde semblable à une feuille automnale glissant jusqu'aux rebords d'un lac.
    ses yeux perdus dans le vague d'une vengeance impossible, l'immaculée rêve pourtant de carmin, lors de chaque seconde s'écoulant d'une lenteur mortifiante, comme pour oublier son sombre désir d'adrénaline. dans le fond, elle n'est plus qu'un cas désespéré, bonne à la casse, à la décharge, bonne à clamser sur le bas-côté d'une ruelle sombre, le regard éteint voilé du chagrin des morts incompris.
    elle se pensait seule la gamine, seule à endurer un tel supplice, martyre d'un pêché inavouable. seule à être ainsi, entre toutes ces spirales tournoyants autour de son visage de marbre tels milles et uns faisceaux l'embrasant d'un sentiment irrépressible de désir mortel.
    le désir de vivre un peu plus, bien plus loin que cette morne existence sans fondement, au-delà de ces murs érigés par ce qu'ils appellent réalité.
    oui, elle veut du faux, elle rêve d'illusion brumeuse caressant sa peau, de chimères dansant sous ses yeux embués, elle désire des songes éveillés la rendant reine d'un monde de papier.
    mais, n'est-elle que le pantin de la fade tangibilité d'une terre sacrée, pion superflu d'un échiquier à la vaste étendu ?

    naïa, elle aimerait boire les songes des âmes les plus comblées et les rendre siens en un sourie crépusculaire,
    elle aimerait chevaucher ses peurs les plus ancrées et les dompter sans compromis,
    s'élancer dans cet étendu de bleu suspendue au-dessus de sa tête flamboyante et s'élever parmi les constellations.
    elle aimerait tant, mais elle ne peut rien.

    alors, lorsque le son d'un corps à l'abandon claque jusqu'à ses oreilles, elle se retourne subitement, contemplant l'être transis par un mal similaire,
    le mal des dépravés, des délurés, des délaissés.
    son mal à elle,
    son mal à lui
    en quelques pas incertains, l'enfant des utopies s'approche du corps ébène glacé par le besoin d'un retour à l'abstraction de toute réalité. sa main se pose sur son épaule, comme pour tenter de le rassurer. en un murmure, elle lui demande simplement, comme s'ils se connaissaient depuis des années:

    " toi aussi, tu es en manque d'illusions en poudre ?"  


_________________
she was drowning,
but nobody saw her struggle.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Re: et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin. (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

et le soleil hurlera à la lune une exaltation carmin. (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pokémon Soleil et Pokémon Lune
» [Résolu] Armure soleil argentée ou lune dorée ?
» Les capacités Z et des Pokémon inédits ont été dévoilés pour Pokémon Soleil et Pokémon Lune
» [Histoire] La complainte du soleil, de la lune et du vent
» [3DS] Pokémon Soleil & Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLIZZARD :: extérieur :: cimetière abandonné-